Valentin Au-Delà de l'Arc-en-Ciel

 
 
Books on Demand (Verlag)
  • 1. Auflage
  • |
  • erschienen am 19. April 2018
  • |
  • 288 Seiten
 
E-Book | ePUB mit Adobe DRM | Systemvoraussetzungen
E-Book | ePUB mit Wasserzeichen-DRM | Systemvoraussetzungen
978-2-322-14942-1 (ISBN)
 
Valentin, motard et mécanicien moto passionné, décède à l'âge de 22 ans dans un accident de la route en périphérie de Nevers. Tant de phénomènes et manifestations vont s'accumuler auprès de sa maman et de ses proches, collègues et amis, que tous vont finir par se rendre à l'évidence. Valentin veut leur démontrer que la vie ne s'arrête pas avec son décès, mais franchit bien une étape, pour passer d'un état à un autre plus subtil.

Après le doute, une conviction s'installe, puis la certitude, grâce aux multiples signes auditifs, visuels, tactiles et d'autres littéralement sidérants. Valentin, par le biais de l'écriture automatique, va également expliquer le caractère sacré de la vie terrestre et nombre de choses concernant l'Au-Delà à sa maman subjuguée. La certitude absolue d'une vie après la vie s'installera avec ses transcommunications instrumentales ou TCI (enregistrements de sa voix post décès), et plusieurs photos paranormales. Nous verrons que ces phénomènes sont aujourd'hui reconnus car enregistrables sur supports matériels et donc analysables par la recherche scientifique dans ses moindres détails.

Valentin vient nous apporter l'Espoir d'une Vie au-delà du décès terrestre porteuse de la merveilleuse nouvelle que nous retrouverons tous un jour nos êtres chers disparus.
1. Auflage
  • Französisch
  • 1,74 MB
978-2-322-14942-1 (9782322149421)
232214942X (232214942X)
weitere Ausgaben werden ermittelt
Isabelle de Vrÿ, professeur de danse en Champagne, est venue au livre grâce aux manifestations de son fils Valentin, depuis l'Au-Delà. Elle s'est alors donné pour mission de transmettre l'évidence de la vie après la vie. Elle nous livre ici un témoignage inédit et troublant.

SIGNES OLFACTIFS


Après ces manifestations visuelles et auditives, les signes vont se multiplier chez tout l'entourage et s'accentuer de façon impressionnante. Nous partons à plusieurs faire les courses qui s'imposent pour les futures obsèques. Nous entrons dans la grande surface dont l'emplacement est à deux pas du lieu de l'accident. Rayon CD, je dois trouver la musique qui accompagnera la cérémonie, Valentin écoutait surtout U2, ACDC, du RnB. difficile de diffuser cela dans une église ! Mimi me rappelle qu'il appréciait un morceau de bel canto interprété par ce ténor italien aveugle dont le nom et le titre nous échappent au moment de le chercher.

- M'man derrière toi, DERRIÈRE !

Je me retourne et vois « Divers », je cherche mais ne trouve pas. Mimi me dit :

- Écoute, je vais aller chercher un chef de rayon, il va nous renseigner.

Pendant ce temps, je marche dans l'allée balayant du regard les CD sans grande concentration, quand tout à coup je sens une vive odeur de lis. Je passe, je repasse, la senteur se concentre en un point qui devient de plus en plus précis, elle émane d'un CD en particulier, qui n'est autre que Baryton de Florent Pagny ! Les yeux écarquillés je prends l'album entre mes mains et me rends compte que l'odeur émane directement du disque ! Incrédule, je le repose à sa place. Je vérifie, aucune personne à proximité ! Donc il ne s'agit nullement du sillage parfumé d'une jeune femme. Je contourne le rayon, essayant de me convaincre que le stand floral doit se trouver à proximité. Eh non ! Je retourne sur mes pas, cela recommence, Mimi arrive.

- S'il te plaît, Mimi, tu veux bien marcher là dans l'allée ?

- Oui, bien sûr, me dit-elle, le gars chargé du rayon va venir, tu as trouvé ?

- Non, mais, s'il te plaît, passe devant les disques. Elle s'exécute. Soudain stupéfaite, elle s'arrête et s'exclame :

- Oh ! Mais quelle odeur, on dirait du lis ! Mais cela vient des disques ! Mais on dirait. mais oui, c'est celui-là ! Florent Pagny, mais voilà ce qui aurait plu à ton gamin ! Mais c'est incroyable !

Elle saisit le CD à son tour et n'en revient pas. Juste à ce moment-là le chef de rayon qui nous a rejointes, nous renseigne :

- Ce que vous cherchez, madame, c'est Andrea Bocelli, Con te partiro, c'est derrière vous, madame.

Eh oui, Valentin me l'avait bien dit « derrière toi », mais c'était le dernier disque de la pile « derrière » et je n'avais pas regardé jusqu'au dernier CD sur le présentoir. Malgré notre chagrin, un sourire s'allume dans nos regards respectifs. Mimi vient de réaliser à son tour que je n'invente pas. Nous courons rejoindre la grande allée centrale pour retrouver Sylvie, son mari et leur petit garçon, ainsi que la fille aînée de Mimi, Charlotte.

Nous n'avons pas le temps de terminer le récit de l'événement que la manifestation se reproduit là, au centre de notre petit cercle, émanant toujours du CD de façon insistante, les visages restent figés devant l'intensité du phénomène.

Je dois encore trouver de quoi m'habiller pour la cérémonie, car mes vêtements de danse emportés à Nantes pour le stage de formation ne sont évidemment pas adaptés à la pénible circonstance. Je préviens le petit groupe :

- Mes amis, il me faut d'autres chaussures, mais je n'ai pas la tête à faire les magasins, si seulement je trouvais ici, ce serait bien.

Sylvie n'a pas le temps de m'indiquer où est le rayon en question.

- M'man, tout droit, à gauche, puis la deuxième à droite. Je veux que tu te fasses belle pour moi, je veux des bottes de motard.

- Ah ben ça alors ! C'est la meilleure ! Mais, Valentin, je ne vais pas aller à l'église pour tes obsèques avec des bottes de motard, je ne sais même pas conduire une moto !

- Si, je veux des bottes de moto !

J'arrive à proximité de la deuxième allée indiquée qui correspond à ce que m'a dit mon fils, mais il intervient une fois de plus juste avant :

- Pas la peine, m'man, c'est que des pompes de vieille.

Et là, je me surprends à éclater de rire en constatant la seconde d'après qu'effectivement il a raison. Mes amis partageant la situation se regardent, médusés. Nous nous apprêtons à sortir de la grande surface, de l'autre côté des caisses, il y a une galerie marchande.

- Va à gauche, m'man, À GAUCHE, il y a un petit magasin.

- Mais c'est dingue, dit Sylvie, c'est là que je voulais t'emmener, je voulais te montrer justement, il y a un petit magasin tout près à gauche, ça alors !

Nous entrons, je regarde Sylvie :

- Écoute, s'il a pu reproduire l'odeur pour le CD, alors il peut me le faire pour ça, car je n'ai pas la tête du tout à chercher.

Elle me regarde, les yeux exorbités. Je vais au rayon « Pantalons » et passe les cintres les uns après les autres sans regarder ni le modèle ni la taille. Pushhh, odeur de lis, je lui donne l'article, elle a senti en même temps que moi, elle est époustouflée. Je fais de même avec les pulls. Pushhh. odeur de lis.

Sylvie s'étonne : « Et tu n'essaies même pas ? »

Je le fais pour lui faire plaisir et de constater que non seulement tout est à ma taille, mais également parfaitement coupé pour moi. Il me reste à trouver les chaussures. Nous sortons et je me trouve encore une fois guidée par Val, qui m'entraîne dans un autre magasin situé à l'extérieur et donnant sur l'immense parking.

C'est un commerce non de chaussures mais de vêtements encore une fois ! Je réalise, surprise, qu'ils vendent effectivement d'autres accessoires que du tissu quand. Valentin me guide :

- M'man, avance là, fais le tour du rayon à droite, là, LÀ !...

Je m'exécute et je sens déjà les fleurs.

- Là en bas, EN BAS !

Je baisse les yeux, devant moi une seule paire de bottes, des bottes fashion motard, et ma pointure ! Je les trouve sympas ! Trop fort ! Merci, mon Valou ! Sylvie n'en revient pas.

Nous sommes tout près de Nevers, quand nous décidons tous d'aller nous recueillir près du corps embaumé de Bernadette Soubirous. Arrivés dans la cour, le petit garçon de mes amis se précipite pour enlacer de toutes ses forces les jambes de Charlotte. Il se dégage brusquement en clamant que Valentin veut exprimer à Charlotte toute sa tendresse. Deux papillons surgissent d'entre lui et elle ! Nous restons bouche bée surtout que nous sommes en plein mois de novembre et qu'il fait - 2 °C !

Je dois retrouver le père de Valentin pour la mise en place de la future cérémonie à l'église. On nous reçoit à cette occasion et, toujours dépassée par toute l'organisation, je demande si je peux emporter le livret de psaumes pour le lire tranquillement avant de faire le choix des textes qui seront lus le jour J. Une fois de retour chez mes amis, je m'adresse tout haut à Valentin :

- Tu sais, Valentin, si tu pouvais me faire comprendre ce que tu veux comme textes, ce serait plus simple pour moi, je ne sais que choisir, c'est trop dur pour moi, je n'ai pas la force.

Je feuillette et survole les pages une à une rapidement, stoïque, quand, tout à coup, la vague de lis se fait sentir, émanant d'entre deux pages ! Je recommence, intriguée, et le phénomène se reproduit. Je lis le psaume qui me semble effectivement très adapté à Valentin. OK, j'ai compris, mon Val. Quatre psaumes à choisir, quatre effluves de fleurs et pas un de plus ! Retrouvant son père le lendemain pour lui...

Dateiformat: EPUB
Kopierschutz: Adobe-DRM (Digital Rights Management)

Systemvoraussetzungen:

Computer (Windows; MacOS X; Linux): Installieren Sie bereits vor dem Download die kostenlose Software Adobe Digital Editions (siehe E-Book Hilfe).

Tablet/Smartphone (Android; iOS): Installieren Sie bereits vor dem Download die kostenlose App Adobe Digital Editions (siehe E-Book Hilfe).

E-Book-Reader: Bookeen, Kobo, Pocketbook, Sony, Tolino u.v.a.m. (nicht Kindle)

Das Dateiformat EPUB ist sehr gut für Romane und Sachbücher geeignet - also für "fließenden" Text ohne komplexes Layout. Bei E-Readern oder Smartphones passt sich der Zeilen- und Seitenumbruch automatisch den kleinen Displays an. Mit Adobe-DRM wird hier ein "harter" Kopierschutz verwendet. Wenn die notwendigen Voraussetzungen nicht vorliegen, können Sie das E-Book leider nicht öffnen. Daher müssen Sie bereits vor dem Download Ihre Lese-Hardware vorbereiten.

Weitere Informationen finden Sie in unserer E-Book Hilfe.


Dateiformat: EPUB
Kopierschutz: Wasserzeichen-DRM (Digital Rights Management)

Systemvoraussetzungen:

Computer (Windows; MacOS X; Linux): Verwenden Sie eine Lese-Software, die das Dateiformat EPUB verarbeiten kann: z.B. Adobe Digital Editions oder FBReader - beide kostenlos (siehe E-Book Hilfe).

Tablet/Smartphone (Android; iOS): Installieren Sie bereits vor dem Download die kostenlose App Adobe Digital Editions (siehe E-Book Hilfe).

E-Book-Reader: Bookeen, Kobo, Pocketbook, Sony, Tolino u.v.a.m. (nicht Kindle)

Das Dateiformat EPUB ist sehr gut für Romane und Sachbücher geeignet - also für "fließenden" Text ohne komplexes Layout. Bei E-Readern oder Smartphones passt sich der Zeilen- und Seitenumbruch automatisch den kleinen Displays an. Mit Wasserzeichen-DRM wird hier ein "weicher" Kopierschutz verwendet. Daher ist technisch zwar alles möglich - sogar eine unzulässige Weitergabe. Aber an sichtbaren und unsichtbaren Stellen wird der Käufer des E-Books als Wasserzeichen hinterlegt, sodass im Falle eines Missbrauchs die Spur zurückverfolgt werden kann.

Weitere Informationen finden Sie in unserer E-Book Hilfe.


Download (sofort verfügbar)

9,99 €
inkl. 19% MwSt.
Download / Einzel-Lizenz
ePUB mit Adobe DRM
siehe Systemvoraussetzungen
E-Book bestellen

9,99 €
inkl. 19% MwSt.
Download / Einzel-Lizenz
ePUB mit Wasserzeichen-DRM
siehe Systemvoraussetzungen
E-Book bestellen