L'ascension

 
 
Books on Demand (Verlag)
  • 2. Auflage
  • |
  • erschienen am 15. November 2018
  • |
  • 100 Seiten
 
E-Book | ePUB mit Wasserzeichen-DRM | Systemvoraussetzungen
978-3-7460-5188-8 (ISBN)
 
Roxanne a terminé son cursus scolaire et ignore ce qu'elle aimerait devenir. Afin de mettre ses idées au clair et, peut-être, de comprendre le sens de sa vie, elle va effectuer une randonnée initiatique de sept jours. Au coeur des montagnes de Suisse Centrale, elle vivra de nombreuses expériences qui changeront radicalement sa vision du monde.
2. Auflage
  • Französisch
  • 2,53 MB
978-3-7460-5188-8 (9783746051888)
weitere Ausgaben werden ermittelt
Mercredi

Il était six heures trente et j'étais toujours sur le banc, je m'étais endormie. Jamais je n'aurais cru dormir dehors, mais il y avait bien une première fois à tout. J'eus l'impression qu'en un clin d'oil, tout mon univers avait changé. Le soleil s'était levé ainsi que les habitants d'Alpnachstadt.

J'avais la bouche pâteuse, les cheveux sales, la peau grasse. En rapprochant le nez de mes aisselles, je m'aperçu de mon niveau de propreté, inexistant. J'étais dans une sorte d'état parallèle qui, malheureusement, était beaucoup moins enivrant que celui que j'avais vécu les heures précédentes. Je m'étais transformée en une sorte de zombie puant et ne savais plus trop où j'en étais. Tant bien que mal, je me mis en marche pour la gare et pris le train jusqu'à Sarnen.

***

La maison n'avait pas changé. Ses murs en bois massif, ses fenêtres typiquement suisses, sa porte accueillante, son paillasson « Willkommen », tout était resté identique à mes souvenirs. Je baillai. Mon reflet dans l'une des vitres me fit un peu honte. Je défis mes cheveux et les recoiffai du mieux que je pouvais, puis me grattai les yeux et vis du noir sur mes doigts, mon mascara avait coulé . Je sonnai. Personne n'ouvrit la porte. Il était sept heures du matin et ils ne savaient pas que j'allais arriver. Ils n'étaient peut-être même pas là, je ne m'étais pas bien organisée du tout, à vrai dire, j'étais un peu honteuse d'arriver comme cela à l'improviste, j'allais sûrement les réveiller. Comment allaient-ils réagir en me voyant sur leur palier ? Ils allaient certainement s'énerver. Après tout, ils en avaient toutes les raisons. En fait j'étais sûre qu'ils n'étaient pas là. Ils devaient être en vacances dans un pays lointain, sous un cocotier. Comme j'aurais aimé pouvoir me coucher dans un hamac, sur une de ces îles paradisiaques où le sable est blanc et la mer turquoise. Je fermai les yeux et m'imaginais à l'autre bout de la planète, à Tahiti ou en Indonésie peut-être.

« Bonjour Roxanne ! Mais qu'est-ce que tu fais là ? À cette heure en plus !

- Bonjour Grossmami2. Je t'expliquerai tout ça plus tard si ça ne te gêne pas. Est-ce que je peux entrer ? »

Je dis bonjour à mon grand-père et demandai si je pouvais aller dormir un peu avant de leur raconter la raison de ma venue. Les draps sentaient bon. Le matelas était moelleux. Je fermai les yeux.

***

En regardant le réveil sur ma table de chevet je vis qu'il était quinze heures. Mes grands-parents n'étaient plus là, ils faisaient certainement leurs courses. Je pris un plaisir incroyable à me doucher ; l'eau était chaude et le gel douche Ushuaia me téléporta brièvement sur l'une de ces plages vues sur instagram. Après m'être décrassée le corps, j'allai dans le salon. Enfin, mes grands-parents rentrèrent et je leur racontai toute mon aventure de la veille. Ils furent assez étonnés de mon histoire mais ne semblèrent pas convaincus par mon idée de voyage initiatique. Mon grand-père ne comprenait toujours pas pourquoi je n'avais tout simplement pas choisi de faire des études de médecine, de droit, voire même de lettres, dans le pire des cas. Il trouvait ma mère irresponsable de me laisser prendre ce genre de décisions. Evidemment, il ne dit rien de ce qu'il pensait mais je le connaissais assez bien pour le deviner. Ma grand-mère n'était probablement pas plus convaincue que lui, mais elle essayait tout de même de se mettre à ma place. Bien qu'ils n'aient compris ni l'un ni l'autre réellement l'état dans lequel je me trouvais, ils se montraient patients et bienveillants à mon égard. Après avoir expliqué mes raisons, mon grand-père repartit dans sa chambre. Ma grand-mère quant à elle sortit un vieil album photo.

« Regarde, voilà la plus vieille photo que j'ai, elle a mon âge. Le bébé que tu vois là, c'est moi, et à ma droite c'est ma mère. Nous étions trois enfants. J'étais la première, après il y a eu ma sour Irma, puis mon frère Patrik. Ma grand-mère avait onze frères et sours, la famille était vraiment grande. Les temps ont bien changé », dit-elle d'un ton nostalgique.

« Effectivement, les temps ont bien changé. Avec la moyenne d'un enfant et demi par femme en Suisse, c'est clair que la descendance ne sera pas aussi vaste. Dis-moi, le collier que ta mère porte sur la photo, est-ce que tu l'as encore ? J'ai l'impression de l'avoir déjà vu.

- Oui, c'est un bijou de famille, mon arrière-grand-mère le portait déjà » , me répondit-elle en allant ouvrir l'armoire en verre en face du canapé.

Elle prit une petite boîte métallique et en sortit délicatement le précieux objet. Le collier était fait d'une fine chaînette en or et d'un pendentif dans lequel était incrustée une améthyste. Je l'avais effectivement déjà vu puisque ma grand-mère le portait lors d'occasions spéciales. La dernière en date avait été une réunion de famille pour fêter ses cinquante ans de mariage, nous avions été alors tous invités à manger au restaurant. Ce collier avait une signification vraiment particulière pour elle, c'était un souvenir de sa mère qui l'avait quittée un bon nombre d'années plus tôt. Ce bijou était un gardien du passé, un portail lui permettant de rester unie à ses ancêtres à travers le temps, une matérialisation du lien pour qu'il ne s'efface jamais.

« Tu sais ce que représente l'améthyste, Roxanne ? » me questionna-t-elle, alors que je scrutais la relique.

« Une de mes amies en a toujours une autour du cou, c'est censé l'aider à se concentrer je crois. Elle m'a dit que ça pouvait aussi nous permettre de mieux nous souvenir de nos rêves. Je ne vois pas trop en quoi un caillou pourrait faire cela, mais bon.

- Tu sais ta copine n'a pas totalement tort. Les pierres ont toujours été utilisées pour aider les gens et on leur a toujours prêté certaines vertus. Je ne dis pas forcément que cela guérit du cancer, mais je pense que nos ancêtres ne faisaient pas les choses au hasard. En tous cas, je me souviens beaucoup mieux de mes rêves quand le collier est près de moi.

- Pour moi tout ça, ce sont des superstitions. Je pense que les pierres fonctionnent surtout grâce à l'effet placebo.

- L'effet placebo ?

- Grosso modo, quand tu crois que tu prends un médicament, même si ce n'est en fait qu'un bonbon, tu peux quand même guérir. Ce qui te soigne, ce n'est pas le principe actif mais la croyance de son efficacité.

- Effet placebo ou pas, ma grand-mère me disait toujours que les améthystes aident à acquérir de la sagesse. Tu nous as expliqué que tu voulais trouver ta voie pendant ton séjour ici, alors prends le collier. Ton arrière-grand-mère me l'a offert quand j'avais ton âge, j'ai toujours été très attachée à ce bijou mais je pense que le temps est venu de le transmettre. »

Je ne m'attendais pas à ce qu'elle me le donne. Je me tournai, levai mes cheveux de sorte qu'ils soient au dessus de ma nuque et ma grand-mère attacha l'amulette à mon cou.

« Tu sais, je ne crois pas trop dans les pouvoirs magiques de cette pierre, mais si elle peut m'aider à y voir plus clair lors de ce voyage, je t'en serai vraiment reconnaissante.

- L'effet placebo. » me répondit-elle, un sourire au coin des lèvres.

***

Le soir allait bientôt tomber et je décidai d'aller au lac. Les couleurs aériennes du coucher de soleil se matérialisaient dans leur reflet liquide ; ce qui était en haut se confondait avec ce qui était en bas. Le soleil de plomb s'était transformé en or et les montagnes avaient revêtu leur cape d'émeraude. L'air chaud enveloppait mon corps, je l'immergeai dans l'eau. Après la douche que j'avais prise plus tôt dans la...

Schweitzer Klassifikation
BISAC Classifikation
Warengruppensystematik 2.0

Dateiformat: EPUB
Kopierschutz: Wasserzeichen-DRM (Digital Rights Management)

Systemvoraussetzungen:

Computer (Windows; MacOS X; Linux): Verwenden Sie eine Lese-Software, die das Dateiformat EPUB verarbeiten kann: z.B. Adobe Digital Editions oder FBReader - beide kostenlos (siehe E-Book Hilfe).

Tablet/Smartphone (Android; iOS): Installieren Sie bereits vor dem Download die kostenlose App Adobe Digital Editions (siehe E-Book Hilfe).

E-Book-Reader: Bookeen, Kobo, Pocketbook, Sony, Tolino u.v.a.m. (nicht Kindle)

Das Dateiformat EPUB ist sehr gut für Romane und Sachbücher geeignet - also für "fließenden" Text ohne komplexes Layout. Bei E-Readern oder Smartphones passt sich der Zeilen- und Seitenumbruch automatisch den kleinen Displays an. Mit Wasserzeichen-DRM wird hier ein "weicher" Kopierschutz verwendet. Daher ist technisch zwar alles möglich - sogar eine unzulässige Weitergabe. Aber an sichtbaren und unsichtbaren Stellen wird der Käufer des E-Books als Wasserzeichen hinterlegt, sodass im Falle eines Missbrauchs die Spur zurückverfolgt werden kann.

Weitere Informationen finden Sie in unserer E-Book Hilfe.


Download (sofort verfügbar)

3,49 €
inkl. 19% MwSt.
Download / Einzel-Lizenz
ePUB mit Wasserzeichen-DRM
siehe Systemvoraussetzungen
E-Book bestellen