Le legs des dieux

La conspiration de la prêtresse
 
 
Books on Demand (Verlag)
  • 1. Auflage
  • |
  • erschienen am 25. Januar 2018
  • |
  • 664 Seiten
 
E-Book | ePUB mit Wasserzeichen-DRM | Systemvoraussetzungen
978-2-322-14951-3 (ISBN)
 
Alors que Vomendor s'apprête à vivre l'une des périodes les plus sombres de son histoire, Draze, un jeune homme au don insoupçonné, découvre une étrange gemme dans son jardin. Bientôt, il doit quitter son père et entamer son périple vers la capitale du Royaume d'Ylrun. Mais à Valpuit, son aventure prend une tournure inattendue quand il rencontre Isyë, une énigmatique jeune femme au coeur d'une légende oubliée de tous. A ce moment, il ignore encore qu'ils entameront ensemble le plus périlleux des voyages et se confronteront à des forces bien plus obscures qu'ils ne l'imaginent... Leur rencontre bouleversera le destin de Vomendor... et celui du peuple des Hommes...
1. Auflage
  • Französisch
  • 1,84 MB
978-2-322-14951-3 (9782322149513)
2322149519 (2322149519)
weitere Ausgaben werden ermittelt
Diplômé en chimie, j'ai écrit mes premiers poèmes à l'âge de seize ans. Je suis alors en section scientifique et je n'imagine pas encore que je m'orienterai plus tard dans le domaine de la littérature jeunesse. Durant l'été 2013, l'aventure prend un tournant radical lorsque je décide de me lancer dans l'écriture de la saga LE LEGS DES DIEUX et de son premier tome...

~ 1 ~


A LA VEILLE


D'UNE NOUVELLE AVENTURE


Le Soleil venait de s'eteindre a l'ouest, loin derriere les chaines montagneuses d'Eobold, et dorenavant, seul un ruban d'etoiles lointaines peignait la voute nebuleuse.

« La nuit va etre belle » pensa Draze en humant l'air nocturne.

Le jeune homme aux cheveux cendres avait quitte la demeure familiale quelques minutes plus tot, harnache seulement d'un sac encore leger, et se dirigeait maintenant vers le centre de Baval en quete des quelques maigres provisions qu'il pourrait monnayer.

Baval etait le petit village de son enfance. Jonche par le plus grand des hasards entre la foret de Meclaed a l'ouest et les plaines du Sud qui s'etendaient sur quelques miles alentours, c'etait un endroit charmant, sans grande histoire, bien appreciable pour celui qui affectionnait le calme, mais fort deplaisant pour celui que repugnaient les odeurs rances et volatiles du fumier.

La journee avait ete douce et le temps ideal pour le travail a la ferme ou dans les cultures de cereales.

Draze avait prete main-forte a son pere Edrik toute la journee, nourri les animaux de la basse-cour et laboure les quelques parcelles de terre dont ils disposaient ; et si les jours avaient tendance a se ressembler quand on etait fils de fermier, demain ne ressemblerait a nul autre.

Il faisait encore bon ce soir-la, mais les nuits etaient reputees fraiches en Vomendor, et maintenant, meme si cela restait chose peu commune en cette saison, les eleveurs dirigeaient enfin leurs chevres dans leurs enclos ou chargeaient une derniere fois les brouettes en foin pour les bovins. Aussi, un vieux paysan, d'ordinaire grincheux, lui adressa un grand signe enjoue quand il quitta son petit sentier borde des cultures avoisinantes et s'engagea sur la route menant au village.

Bientot, les plantations laisserent place a de modestes chaumieres - de grosses volutes de fumee s'echappaient des nombreuses cheminees - et presque aussi rapidement, le jeune homme arriva a destination.

Sans perdre de temps, il se dirigea vers l'echoppe d'Adonis qui se dressait au coin d'une ruelle et s'engagea sur le seuil de la porte.

Adonis etait le boutiquier du village, le seul en realite. Il tenait une petite echoppe et si elle pouvait paraître ridicule par rapport a celles de Valpuit, plus au nord, elle n'en demeurait pas moins le seul endroit aux alentours ou un Bavalois pouvait trouver tout ce dont il avait besoin.

Draze le connaissait bien et pour cause : son pere et lui etaient de grands amis. Depuis combien de temps se connaissaient-ils ? Il ne le savait guere exactement. A chaque fois qu'il le leur avait demande, ceux-la s'etaient amuses a repondre en plaisantant qu'ils ne le savaient pas eux-memes. Chose dont il etait sur, neanmoins : les deux hommes etaient nes sous Kron et partis pour leur initiation ensemble lorsqu'ils avaient eu vingt ans.

La sonnette claironna distinctement lorsque Draze s'engouffra dans l'entrebaillement de la porte et, tandis qu'elle se refermait lentement derriere lui, il se tint au milieu de la piece, devant les etalages presque vides.

Malgre le feu brulant dans l'atre, il faisait sombre. Devant lui s'etendait un comptoir sur lequel etaient entreposees les quelques dernieres victuailles de la journee que le marchand avait a proposer. Celui-ci arbora un large sourire taquin quand il vit Draze entrer dans son echoppe :

- N'est-ce pas un peu tard pour preparer son depart ?

- Navre, Adonis, repondit gaiement le jeune homme aux cheveux cendres, mais il n'y a jamais que trop de travail en cette saison et avec le temps qu'il a fait aujourd'hui, mon pere avait besoin de mes bras a la ferme. C'est dire ! Je n'ai meme pas eu le temps d'aller recuperer les oufs dans le poulailler ni de preparer mes affaires pour le voyage.

Adonis s'esclaffa avant de presenter ce qui lui restait en ce debut de soiree :

- Que te faut-il, Draze ? Malheureusement, je n'ai guere plus grand-chose d'un tant soit peu convenable a te proposer. Seuls quelques petites patates et maigres morceaux de carne. Neanmoins, si tu n'es pas trop gourmet ni glouton, il y a assez a manger pour les deux jours prochains et de quoi rassasier ton appetit jusqu'a la capitale.

- Ne soit pas desole, Adonis, repondit Draze en detachant l'escarcelle accrochee a sa ceinture, je n'ai que tres peu d'argent de toute façon et ne sais pas meme si j'ai de quoi payer tout cela.

En effet, Edrik et Draze, bien qu'ils soient proprietaires d'une petite ferme, ne roulaient pas sur l'or.

En realite, « rouler sur l'or » etait une expression qui n'avait finalement que tres peu de signification en Vomendor puisque l'on comptait plus aisement sa monnaie en pieces de bronze qu'en pieces d'or. Ces dernieres etaient peu communes, rares, voire rarissimes, de sorte qu'une seule d'entre elles en valait dix d'argent ou cent de bronze. Il en convenait que seuls les plus aises de ce monde en avaient dans leurs besaces.

- Pour quelqu'un d'autre que toi, j'aurais fait le tout a moitie prix de ce que cela vaut reellement, mais qui serais-je si j'avais le culot de faire payer le fils d'Edrik ? Raccroche ta bourse, dit-il en vidant l'etalage, c'est le moins que je puisse faire mais attention, ne va pas raconter a tout le monde que je t'ai fait tout cela gratuitement. Les gens n'apprecieraient pas que je favorise des clients plus que d'autres.

« Quelle aubaine ! » pensa Draze.

- Je te revaudrai ça, le remercia-t-il en fourrant dans son sac l'emballage que lui tendait Adonis.

- Sois tranquille, les affaires marchent bien en ce moment. Mais au fait, viens-tu toujours a la taverne ce soir ? Il nous faut feter ton depart devant une bonne chope d'hydromel !

- Bien sur ! rit Draze de bon cour. J'y serai, mais le temps me presse et je dois finir de rassembler mes provisions pour demain.

- On se voit tout a l'heure en ce cas, conclut Adonis, alors que le garçon s'echappait en lui retournant un dernier sourire.

L'instant d'apres, Draze claquait deja la porte et reprenait de nouveau la route qu'il avait empruntee un peu plus tot.

Bien qu'il fut ereinte de sa dure journee de labeur, il restait neanmoins enthousiasme a l'idee de partir pour son initiation le lendemain matin.

En effet, il venait recemment de prendre ses vingt ans et il etait de tradition en Vomendor qu'a cet age un jeune parte pour la capitale. Cet acte, qui symbolisait le passage a l'age adulte, constituait ce que les Hommes appelaient communement l'initiation, un voyage initiatique qui visait a reveiller par les epreuves de la nature le don de l'initie et determiner sous quelle entite secondaire ce dernier etait ne.

Edrik et Adonis etaient nes sous Kron, l'entite secondaire de la Force, mais Draze connaissait d'autres Bavalois, comme Igopal, le conteur du village, ou sa mere Felicia, nes sous Xven, celle de la Magie.

Ces dernieres, Kron et Xven, etaient mythologiquement fils et fille du Soleil et de la Lune, les dieux primordiaux de Vomendor, et prenaient la forme de lointaines lueurs scintillantes dans le ciel clairseme d'etoiles. En l'occurrence, les rayonnements que ces deux astres emettaient avaient la plus grande influence sur les nouveau-nes, plus receptifs a ces courants energetiques.

A sa naissance, Draze avait ete inexorablement marque par l'une des deux entites et demain, il decouvrirait le don qui lui avait ete offert. S'il etait un enfant de Kron et ne presentait aucun pouvoir magique, il irait le temps de quelques jours a la caserne militaire de Valpuit, la capitale du Royaume d'Ylrun. Si, au contraire, il etait un enfant de Xven et presentait un don plus ou moins affirme pour les arts de la magie, il integrerait l'academie des mages.

Son depart le lendemain s'annonçait eprouvant, car ce serait la premiere fois qu'il s'aventurerait seul aussi loin du village. S'il avait deja visite Valpuit a plusieurs reprises dans sa jeunesse, la capitale restait tout de meme a deux jours de marche et il devrait faire le voyage en solitaire. Pour cette raison, il devait se preparer a affronter seul les epreuves de la nature. Ce court periple l'excitait, mais il l'effrayait egalement.

Perdu dans ses pensees, Draze arriva a la maison de son pere, erigee a l'ecart des autres batisses du village.

C'etait une maison tout a fait respectable, ni un taudis miserable ni une luxueuse demeure, mais une ancienne ferme reamenagee par ses ancetres, rebatie a force de travail et de dur labeur.

Quoi qu'il en soit, il n'entra pas tout de suite : il avait encore les oufs a recuperer pour terminer ses provisions avant de rejoindre Adonis et les autres a la taverne. Le jeune homme contourna la maison et sauta les barrieres en bois qui cloturaient le jardin.

Ici, pas de massifs colores ni d'arbustes luxuriants, pas de parterres fleuris ni de taillis imposants, mais seulement les terres du potager et herbes du verger destinees a la culture vivriere et fruitiere. La basse-cour se trouvait au fond du jardin, a la lisiere des bois de Meclaed qui s'etendaient sur quelques miles a l'ouest et au nord.

Il s'engagea sous les bas pommiers plantes ça et la aux quatre coins du verger verdoyant et descendit dans l'arriere-cour.

Le poulailler, a droite, avait ete construit le plus simplement du monde avec des planches de bois et du grillage. Ce n'etait certes pas tres commode, mais ça leur suffisait et de toute façon, le coq et les poules ne semblaient pas s'en...

Dateiformat: EPUB
Kopierschutz: Wasserzeichen-DRM (Digital Rights Management)

Systemvoraussetzungen:

Computer (Windows; MacOS X; Linux): Verwenden Sie eine Lese-Software, die das Dateiformat EPUB verarbeiten kann: z.B. Adobe Digital Editions oder FBReader - beide kostenlos (siehe E-Book Hilfe).

Tablet/Smartphone (Android; iOS): Installieren Sie bereits vor dem Download die kostenlose App Adobe Digital Editions (siehe E-Book Hilfe).

E-Book-Reader: Bookeen, Kobo, Pocketbook, Sony, Tolino u.v.a.m. (nicht Kindle)

Das Dateiformat EPUB ist sehr gut für Romane und Sachbücher geeignet - also für "fließenden" Text ohne komplexes Layout. Bei E-Readern oder Smartphones passt sich der Zeilen- und Seitenumbruch automatisch den kleinen Displays an. Mit Wasserzeichen-DRM wird hier ein "weicher" Kopierschutz verwendet. Daher ist technisch zwar alles möglich - sogar eine unzulässige Weitergabe. Aber an sichtbaren und unsichtbaren Stellen wird der Käufer des E-Books als Wasserzeichen hinterlegt, sodass im Falle eines Missbrauchs die Spur zurückverfolgt werden kann.

Weitere Informationen finden Sie in unserer E-Book Hilfe.


Download (sofort verfügbar)

4,99 €
inkl. 19% MwSt.
Download / Einzel-Lizenz
ePUB mit Wasserzeichen-DRM
siehe Systemvoraussetzungen
E-Book bestellen