Étranges migraines

Le passeur d'âmes
 
 
Books on Demand (Verlag)
  • 1. Auflage
  • |
  • erschienen am 20. November 2019
  • |
  • 432 Seiten
 
E-Book | ePUB mit Wasserzeichen-DRM | Systemvoraussetzungen
978-2-322-22517-0 (ISBN)
 
En 1916, le jeune Marcel Arteil quitte son Lot natal pour rejoindre le front à Verdun. À cet instant, il ignore tout du rôle fantastique qu'il jouera, un siècle plus tard, dans la vie de Laura, jeune mère célibataire employée d'une agence de voyages à Paris, et sujette à des migraines récurrentes.
En 1986, les inspecteurs de police, Willy Meyer et Robert Cardec, retrouvent l'antiquaire, un truand en cavale, et s'apprêtent à l'arrêter. Ils sont alors loin d'imaginer que, dans vingt-quatre ans, ils seront plongés dans l'enquête la plus fascinante, la plus étrange et la plus tordue de toute leur carrière. D'autant plus qu'au coeur de cette enquête se trouve Laura qui n'est autre que la fille de Robert Cardec.
1. Auflage
  • Französisch
  • 0,51 MB
978-2-322-22517-0 (9782322225170)
weitere Ausgaben werden ermittelt
Né en 1953 dans la Meuse, Patrick LAGNEAU est retraité de l'enseignement agricole où il a été professeur d'éducation socioculturelle pendant trente-trois ans.
Il a placé, tout au long de sa carrière, son énergie créatrice dans le théâtre, la comédie musicale, l'écriture de scénarios et la réalisation de films vidéo avec lesquels il a conduit ses élèves et étudiants à de nombreux prix nationaux.
Aujourd'hui vice-président et webmaster d'une association d'auteurs meusiens (PLUME, acronyme de Passion Littéraire de l'Union Meusienne des Ecrivains et illustrateurs), il se consacre à l'écriture de romans dans des genres éclectiques, pour le plaisir de raconter des histoires au gré de son imagination.
1

1916

Pas de ciel. Pas de nuage. Juste une chape grise et menaçante. Il va pleuvoir. C'est sûr. Marcel regarde défiler des terres en friches, uniformes, plates. Pas un arbre. Pas un bosquet. Parfois, une brume épaisse vient lécher d'un coup de langue vaporeuse ce paysage désolé. Ce paysage désolant. Tel un reptile difforme, la fumée crachée par la cheminée de la locomotive, ondoie en courbes maladroites, se colle un instant le long du convoi, éclate, se replie, se love, pour se disloquer enfin et former par intermittence des rideaux de tulle fragiles qui s'agitent avant de s'évaporer.

Sur les sièges en bois des voitures, des centaines d'hommes, jeunes pour la plupart, somnolent. Pas Marcel. Il est debout. Dans le couloir. Comme d'autres. Une épaule contre la fenêtre, le front sur la vitre, il est ailleurs. C'est la première fois qu'il voyage aussi loin. Souillac, ce n'est pas pareil. Juste une trentaine de kilomètres en charrette tirée par Banjo, le vieux Percheron, deux fois par semaine, pour aller vendre au marché - d'ailleurs, aujourd'hui, le père a dû s'y rendre - les fromages de chèvre et l'huile de noix. Il visualise mentalement le chemin qu'il connaît par cour : descente depuis Couzou vers la vallée de l'Alzou, puis montée sur l'autre versant par L'Hospitalet. Après plusieurs kilomètres sur le plateau, plongée vers l'Ouysse, puis grimpette vers les ruines de Belcastel. Enfin la Dordogne, qu'il faut longer de Pinsac à Souillac par un chemin sinueux de la rive gauche que les gabarres remontent à contre-courant, chargées d'épices et de morues séchées, ou qu'elles descendent, jusqu'à la mer, avec les produits du terroir, le vin de Corrèze et le bois d'Auvergne pour la tonnellerie bordelaise. Les yeux fermés, il la voit la Dordogne. Il entend les remous de l'eau. Il revoit aussi le jour où, par chance, il a assisté au piqué mortel d'un faucon pèlerin sur un pigeon qui avait eu l'audace, ou l'inconscience, de quitter un des pigeonniers qui jouxtent les maisons de Pinsac. À une vitesse phénoménale, d'une hauteur d'une centaine de mètres, le chasseur a fondu sur lui, planté ses griffes dans son dos, et regagné avec sa proie foudroyée une anfractuosité de la falaise où il nichait avec sa belle et ses petits.

- Excuse-moi !... T'as du feu ?

Marcel regarde son interlocuteur. Il est à peu près de son âge, mais chauve, ou plutôt il a le crâne rasé.

- Impétigo ! lance le type comme pour s'excuser en haussant les épaules.

Ses yeux noirs sont larges, ses sourcils épais. Ses lèvres dessinent sur la gauche un demi-sourire, comme un rictus frondeur.

- Ben alors ! T'as du feu ou pas ?

- Oui, oui, excuse-moi !

Marcel sort de la poche de sa veste en velours côtelé avec des pièces de cuir aux coudes, un briquet à essence qu'il ouvre prestement. D'un prompt mouvement du pouce, il tourne la petite molette métallique contre la pierre. Des étincelles enflamment les vapeurs d'essence, puis la mèche. Une flamme jaune orangé s'élève sur une dizaine de centimètres. Le garçon se contorsionne pour allumer la cigarette plantée entre ses lèvres, et surtout pour éviter les vapeurs noirâtres de la combustion.

- Merci.

Il aspire goulûment une bouffée qu'il souffle avec délectation, la bouche en cul-de-poule.

- Je m'appelle Fernand.

- Moi, c'est Marcel.

- Je viens de Moulins. Et toi ?

- Du Quercy !

Regard interrogatif de l'autre.

- Le Lot. Gramat. Tu connais ?

- Non. C'est dans quel coin ?

- Laisse tomber ! Pas grave.

Ça y est. Il pleut. L'eau dégouline en travers de la vitre. Marcel suit deux gouttes qui, dans leurs méandres, semblent faire la course. L'une est plus rapide que l'autre. Sûr, elle parviendra la première sur le bord de la fenêtre. À moins que. un tableau noir. une blouse grise. l'école du village, et monsieur Chastagnol, l'instituteur.

*

- Arteil.

Merde ! 'Fallait que ça tombe sur moi !

Les regards des copains qui le suivent dans l'allée, l'estrade en bois, l'odeur écourante de l'eau de Cologne du maître en passant près de lui. Face à la classe. Les mains derrière le dos. Allez ! 'Faut se lancer.

- Rien ne sert de courir, il faut partir à point. Le lièvre et la tortue en sont un témoignage. Gageons. euh. Gageons. dit celle-ci que vous n'atteindrez point. euh. Gageons dit celle-ci que vous n'atteindrez point.

Silence. Lourd. Pesant.

- Que. euh. vous n'atteindrez point.

Couperet. Brutal.

- Que vous n'atteindrez point quoi, Arteil ?

- Que vous n'atteindrez point. euh.

Voix grave de Chastagnol. Sourcil froncé.

- Si tôt.

- Ah oui. si tôt que moi ce but. Si tôt ? Êtes-vous bien sage repartit l'animal léger. Ma commère, il vous faut purger avec quatre grains de. quatre grains de.

- Quatre grains de. ?

Le trou. Immense. Béant. Quatre grains de quoi, merde.

- Nom d'une pipe ! Quatre grains de quoi, Arteil ?

Qu'est-ce que j'en sais moi, quelle idée d'utiliser des noms d'herbes aussi barbares. Pourquoi Lafontaine n'a-t-il pas parlé de thym, d'asperges sauvages ou de lavande ? Là, j'aurais su.

- Qui peut souffler à notre ami Arteil ?

Un doigt se lève. Garrigou, ce fayot, 'faut toujours qu'il la ramène.

- Quatre grains d'ellébore, M'sieur !

- C'est bien Garrigou. Tu l'as apprise ta récitation, Arteil ?

- Oui, M'sieur ! Même que je sais que c'est la tortue qui a gagné la course. Mais je ne me rappelais plus du nom.

Il faut toujours qu'ils se marrent en douce. Quelle bande d'abrutis.

- Eh bien, tu me copieras cinquante fois : « L'ellébore est une plante de la famille des Ranunculaceae ». Va à ta place !

*

Et comme le lièvre, la première goutte d'eau se met à tergiverser, redescendre, contourner, sinuer, paresser, alors que la seconde file d'un trait pour glisser vers le bord de la fenêtre. Rien ne sert de courir. songe Marcel.

- Ils sont tous comme nous, ajoute Fernand, d'un mouvement du menton en direction des autres hommes assoupis. Ils viennent d'un peu partout. Je me demande combien savent qu'ils ne vont pas revenir...

Marcel se décolle de la fenêtre. Il est maintenant droit comme un épouvantail. Et c'est lui qui l'est. Épouvanté.

- Quoi ? Qu'est-ce que tu racontes ?

Son vis-à-vis, surpris de sa réaction, le scrute, et s'approche de lui. L'instant est à la connivence. Le ton au secret.

- Tu as vu des anciens revenir, toi, dans ton village ?

- Ben, quelques-uns, oui, bredouille Marcel.

- Quelques-uns. Mouais ! Et dans quel état ils étaient ?

Marcel revoit la voiture de Serge Lacaze, une vieille Darracq 1901, entrer en trombes dans Couzou à plus de quarante kilomètres à l'heure avec à son bord, Ernest Martinez et Robert Loubignac. Le premier était amputé d'une jambe et avait la tête enveloppée dans un linge blanc taché de sang. Le second ne semblait pas blessé. Juste une loque. Et puis une sorte de tic nerveux qui lui faisait cligner l'oil gauche, relever la commissure des lèvres, et hausser en même temps l'épaule du même côté. Lui, c'était le mental. « Le pauvre Loulou, il est timboul » répétait à l'envi son père, de cette expression qui lui venait de sa mère originaire du Lot et Garonne. Le vide de son regard laissait deviner un traumatisme antérieur qui avait dû le secouer salement. Marcel décrit l'état des deux hommes à Fernand.

- Eh bien, ils ont eu de la chance. On dit que la plupart des...

Dateiformat: EPUB
Kopierschutz: Wasserzeichen-DRM (Digital Rights Management)

Systemvoraussetzungen:

Computer (Windows; MacOS X; Linux): Verwenden Sie eine Lese-Software, die das Dateiformat EPUB verarbeiten kann: z.B. Adobe Digital Editions oder FBReader - beide kostenlos (siehe E-Book Hilfe).

Tablet/Smartphone (Android; iOS): Installieren Sie bereits vor dem Download die kostenlose App Adobe Digital Editions (siehe E-Book Hilfe).

E-Book-Reader: Bookeen, Kobo, Pocketbook, Sony, Tolino u.v.a.m. (nicht Kindle)

Das Dateiformat EPUB ist sehr gut für Romane und Sachbücher geeignet - also für "fließenden" Text ohne komplexes Layout. Bei E-Readern oder Smartphones passt sich der Zeilen- und Seitenumbruch automatisch den kleinen Displays an. Mit Wasserzeichen-DRM wird hier ein "weicher" Kopierschutz verwendet. Daher ist technisch zwar alles möglich - sogar eine unzulässige Weitergabe. Aber an sichtbaren und unsichtbaren Stellen wird der Käufer des E-Books als Wasserzeichen hinterlegt, sodass im Falle eines Missbrauchs die Spur zurückverfolgt werden kann.

Weitere Informationen finden Sie in unserer E-Book Hilfe.


Download (sofort verfügbar)

6,99 €
inkl. 7% MwSt.
Download / Einzel-Lizenz
ePUB mit Wasserzeichen-DRM
siehe Systemvoraussetzungen
E-Book bestellen