Le livre de l'amour

 
 
neobooks Self-Publishing
  • 1. Auflage
  • |
  • erschienen am 29. April 2020
  • |
  • 211 Seiten
 
E-Book | ePUB ohne DRM | Systemvoraussetzungen
978-3-7502-3495-6 (ISBN)
 
Je m'appelle Marie, j'ai 32 ans et je suis mariée à mon grand amour Thorsten depuis 5 ans. Thorsten a 35 ans. Nous nous connaissons depuis dix ans. Notre bonheur a rendu parfaite la naissance de notre petite fille il y a trois ans. Je mesure environ 1,70 m, j'ai les cheveux foncés aux épaules et, comme mon mari, je trouve un joli visage. Je suis particulièrement fière de mes seins bien formés et de mes longues jambes, que j'aime aussi montrer. Mon mari et moi aimons tous les deux la belle lingerie, même si elle n'est pas toujours bon marché. Mais nous ne nous sentons pas mal. Avant ma naissance, je travaillais pour un agent immobilier, qui m'a réembauchée à temps partiel même après deux ans de congé de maternité. Mon mari est associé dans un bureau d'architecture. Nous possédons un grand appartement au dernier étage d'une maison construite par mon mari. Nous sommes tous les deux incroyablement heureux. Au lit, les choses vont bien. Je ne peux donc pas me plaindre. Thorsten et moi, nous ne pouvons pas nous empêcher de nous toucher. Notre routine quotidienne est la suivante : le matin, avant d'aller au bureau, je prends le petit au jardin d'enfants. Je passe la prendre à midi. Si je n'y arrive pas, j'ai une chère voisine, Beate, qui l'emmène avec moi. Beate a une fille de dix ans et un fils de trois ans qui va également à l'école maternelle. L'après-midi, je suis là pour mon petit. Le soir, Thorsten doit souvent travailler de longues heures, ce qui fait qu'il rentre généralement à la maison en panne. Mais il est encore temps de dire bonne nuit à Anni - notre fille. Ensuite, on s'allonge souvent sur le canapé et on regarde la télévision. Souvent, on se met dans l'ambiance et on disparaît dans la chambre pour des jeux chauds.
  • Deutsch
978-3-7502-3495-6 (9783750234956)
Mais passons maintenant à ma vraie personne. Je m'appelle Laetitia Guivarché. Je suis née en 1988, fille d'un Français et d'une Allemande. Depuis mon enfance, j'ai écrit des histoires de toutes sortes. Plus je vieillissais, plus mon désir d'écrire des histoires érotiques devenait fort. Et c'est ce que je fais maintenant.

"Et maintenant ? N'allez-vous pas vous déshabiller aussi ?" J'ai enlevé mon blazer et j'ai ouvert mon chemisier. Quand j'ai remis mon chemisier sur mes épaules, il était déjà nu devant moi et me tendait sa magnifique bite. Son truc n'était pas très long, mais énormément épais. "Vas-y, suce-moi."

 

Je me suis assis sur le bord du lit, j'ai pris sa trique et je l'ai secouée plusieurs fois. Les premières gouttes de luxure se formaient déjà sous les gémissements. Je les ai léchés de son gland avec ma langue. Il gémit encore une fois très fort. Je devenais aussi de plus en plus excité. M. Raulfs n'était pas du tout mon type, au contraire, mais je n'en avais plus rien à faire. J'ai ouvert la bouche et j'ai aspiré son gland dans ma cavité buccale. J'ai dû ouvrir la bouche assez grand pour prendre le monstre en moi.

 

"Oh, oui... "Doucement, ou je serai dans... votre bouche cunt". Je l'ai regardé alors que j'essayais de le mettre davantage dans ma bouche. Il m'a fallu un certain temps pour absorber toute sa longueur. J'ai eu mal à la mâchoire, car elle était énorme. Je l'ai libéré et j'ai léché son manche. "Ça suffit, maintenant je veux te baiser", dit-il en me poussant doucement sur le lit. Mes jambes pendaient encore sur le bord du lit. "Voyons si tu es encore mouillé", dit-il en s'allongeant sur moi. Il a caressé ma jambe droite avec sa main et a poussé ma jupe sur mes cuisses.

 

"Wow, je ne me suis pas trompé sur toi. Vous tenez vos promesses", dit-il en jetant un coup d'oil à ma base de bas et à ma culotte soyeuse. Il a attrapé les côtés de ma culotte et les a tirés d'un seul coup. J'étais maintenant couché sur le dos, les jambes en l'air et les fesses au bord du lit. Après avoir jeté ma culotte dans le coin, il a immédiatement poussé entre mes jambes. J'ai senti ses doigts rugueux sur mes lèvres. "Vous êtes déjà très mouillé", dit-il avec stupéfaction. "Eh bien, je ne vous ferai pas attendre plus longtemps."

 

Il s'est couché sur moi, s'est soutenu avec ses mains à gauche et à droite du haut de mon corps et a amené sa bite au même niveau que ma chatte. Pour la première fois, j'ai gémi. Je voulais qu'on me retire à lui maintenant. "Doucement, je suis assez serré." Puis il a poussé lentement. J'ai senti son gland épais serrer mes petites lèvres. Je me suis mordu les dents alors qu'il s'enfonçait de plus en plus. Mon vagin était tendu pour éclater. Il l'a encore sorti et s'est agenouillé entre mes jambes. Il a commencé à me lécher la chatte. "Il doit y avoir plus d'humidité", s'exclama-t-il.

 

J'ai pris sa tête dans mes mains et je l'ai laissé partir. Il était très habile et j'ai vite senti que mes jus commençaient à couler. Il s'est de nouveau allongé sur moi et a mis sa bave. Cette fois, la chose épaisse s'est glissée en moi. Lorsqu'il s'est brûlé en moi, il a gémi bruyamment et s'est arrêté quelques instants avant de commencer à faire le tour de son bassin. J'étais complètement comblé.

 

Lentement, je me suis détendue et j'ai commencé à apprécier ses chocs, d'abord très prudents. Peu de temps après, j'ai poussé mon bassin vers lui. Il était désormais plus violent dans ses mouvements. Le lit a commencé à grincer à chaque poussée. Mais je ne m'en suis pas soucié. J'étais maintenant dans mon élément. Je l'ai baisé maintenant. Avec des gémissements rauques au fond de ma gorge, je l'ai rendu encore plus excité. Il m'a baisé encore plus sauvagement. "Ohhhh, vous êtes serré", cria-t-il.

 

"Oui ! Baise-moi", gémis-je. Il s'est mis à pousser très fort maintenant. "Allez, je veux que tu me chevauches. Je ne peux plus." Il m'a sorti sa bite et a roulé sur moi. Avant de m'asseoir sur lui, j'ai remis sa pipe dans ma bouche. Puis j'ai écarté les jambes, mis ma jupe sur mes hanches et me suis assise sur lui. Lentement, je me suis assis sur son socle. Pendant ce temps, son bâton d'amour battait déjà violemment, si bien que j'ai dû utiliser mes mains pour m'aider à l'insérer. Quand nos pelvis se sont touchés, j'ai commencé par des mouvements lents et circulaires. J'ai apprécié son énorme diamètre, qui m'a permis de stimuler également mon clitoris. Mes mouvements devenaient de plus en plus frénétiques jusqu'à ce que j'arrive enfin à chevaucher sa queue comme un taureau sauvage. J'ai ressenti les premières vagues violentes de mon orgasme.

 

"J'arrive tout de suite. . . Oh, oui. ... Magnifique. ... Tellement excité." "Moi aussi, je suis prêt", dit-il en haletant. Je l'ai senti se raidir et il est venu en criant. Je pouvais sentir clairement son éruption. Il a versé une énorme quantité de son jus dans ma chatte bien rasée. Quand son orgasme s'est calmé, il est finalement passé à travers moi. Je gémissais fort, je me déplaçais sans cesse de haut en bas et je me laissais emporter. Je sentais les contractions de ma chatte immensément claires, parce que j'avais cette chose épaisse en moi. Malheureusement, son dispositif a rapidement rétréci après qu'il se soit déversé sur moi. Je me suis levé et je l'ai laissé me montrer le bain.

 

Après quelques minutes, je suis revenu dans la chambre. Il s'est allongé épuisé sur le lit et m'a regardé. "Je n'arrive toujours pas à croire que je viens de faire l'amour avec une si belle femme." "Merci, j'ai apprécié aussi", ai-je répondu en boutonnant mon chemisier. J'ai vite cherché ma culotte, je l'ai mise et je suis parti sans dire un mot.

 

Je suis arrivé au bureau avec environ 45 minutes de retard. Mes collègues me regardaient avec perplexité. Je me suis excusé pour le retard et j'ai expliqué que nous avions trop dormi. C'était la fin de l'affaire. Je suis allé à mon bureau, j'ai allumé mon ordinateur et j'ai commencé à rédiger le compte rendu des rendez-vous d'hier. D'abord l'inspection de l'appartement et ensuite le rendez-vous de visite de la famille Schmidt. Quand j'ai eu presque fini, Martin a coincé sa tête dans la porte.

 

"Bonjour Mme Kuhlmann. Y a-t-il quelque chose que je puisse faire pour vous aujourd'hui ? demanda-t-il, la main dans l'entrejambe. "Non merci. Je suis en train de terminer les rapports et je dois ensuite consulter mes collègues". Il m'a regardé d'un air perplexe. "Quelque chose ne va pas ?" "Non, je ne peux vraiment pas aujourd'hui", ai-je dit, pour que les autres ne le remarquent pas. Il se tenait maintenant devant mon bureau.

 

"Mais Marie, je te veux. Regarde-toi. Tu es encore si sexy aujourd'hui. La sensation de ta chatte serrée autour de ma bite me manque. Le goût de ton jus sur ma langue me manque. Il m'était difficile de tenir ferme avec ces mots. J'aurais aimé pouvoir exaucer les souhaits de Martin ici et maintenant. Mais j'étais encore un peu en colère contre lui et je voulais le faire se tortiller aujourd'hui. "Martin, je sais. Je ressens la même chose, mais aujourd'hui, ce n'est vraiment pas bon. Je suis déjà arrivé en retard et je dois partir à l'heure, comme vous le savez.

 

S'il vous plaît, laissez-moi faire mon travail seul maintenant". Déçu, il a quitté mon bureau. Peter est entré et a demandé comment s'était passé le rendez-vous avec M. Schmidt. "Bien", ai-je répondu, "voici le contrat de location signé." "Wow, Marie. Comment avez-vous réussi cela ? "Peter, c'est le secret de ma réussite", ai-je répondu en souriant. "Nous avons regardé deux maisons et il s'est immédiatement décidé pour la première. Vous avez bien préparé le terrain et choisi exactement les bons objets". "Je m'en réjouis. Bien sûr, je vous donnerai une partie de ma commission". "Oh, comme c'est généreux de votre part", lui ai-je dit.

 

Nous avons tous deux dû rire de bon cour. À ce moment, M. Lohne est venu dans mon bureau et m'a demandé ce qui était si drôle. Nous lui avons parlé de la remise des diplômes hier. Il a fait l'éloge de notre bon travail et a ensuite commencé à parler de sa nomination hier : "J'ai rencontré un nouveau client important. Il aimerait ouvrir deux nouvelles expositions d'art ici dans notre ville et à Braunschweig et cherche des locaux appropriés. Ici, il cherche une salle d'exposition ainsi qu'un entrepôt, à Braunschweig seulement une salle d'exposition. Il est assez têtu et aimerait nous connaître tous. Il nous a tous invités à dîner jeudi dans un noble restaurant. Il veut que nous lui présentions un concept là-bas. J'ai résisté, bien sûr, parce que le délai est beaucoup trop court, mais le client est roi.

 

J'ai déjà parlé à Silvia ce matin. Elle est chargée de faire des recherches sur ses précédentes salles d'exposition. Peter, je voudrais vous demander de trouver des objets appropriés à Brunswick. Mme Kuhlmann, j'aimerais que vous vous occupiez des objets sur place. Laissez notre stagiaire vous aider. Je compte sur vous tous pour jeudi soir". "Ça a l'air vraiment super, M. Lohne, mais pour moi, jeudi soir, c'est mauvais. Mon mari est en voyage d'affaires et je dois m'occuper de ma fille". "Ne pouvez-vous pas essayer d'organiser une baby-sitter ?" "Je vais voir ce que je peux faire." M. Lohne nous a souri et a quitté mon bureau. Peter et moi nous sommes regardés, il a haussé les épaules et est retourné à son bureau. Il fallait maintenant que je trouve rapidement une baby-sitter. Mais d'abord, je voulais appeler Thorsten et tout lui dire.

 

Thorsten n'était pas vraiment enthousiaste, mais il m'a soutenu parce qu'il savait à quel point mon travail est important pour moi. "Tu te souviens de la baby-sitter que nous avons engagée il y a six mois, chérie ?" "Bien sûr. C'était Angela à côté. Je ne veux pas...

Dateiformat: EPUB
Kopierschutz: ohne DRM (Digital Rights Management)

Systemvoraussetzungen:

Computer (Windows; MacOS X; Linux): Verwenden Sie eine Lese-Software, die das Dateiformat EPUB verarbeiten kann: z.B. Adobe Digital Editions oder FBReader - beide kostenlos (siehe E-Book Hilfe).

Tablet/Smartphone (Android; iOS): Installieren Sie bereits vor dem Download die kostenlose App Adobe Digital Editions (siehe E-Book Hilfe).

E-Book-Reader: Bookeen, Kobo, Pocketbook, Sony, Tolino u.v.a.m. (nicht Kindle)

Das Dateiformat EPUB ist sehr gut für Romane und Sachbücher geeignet - also für "glatten" Text ohne komplexes Layout. Bei E-Readern oder Smartphones passt sich der Zeilen- und Seitenumbruch automatisch den kleinen Displays an. Ein Kopierschutz bzw. Digital Rights Management wird bei diesem E-Book nicht eingesetzt.

Weitere Informationen finden Sie in unserer E-Book Hilfe.


Download (sofort verfügbar)

5,99 €
inkl. 7% MwSt.
Download / Einzel-Lizenz
ePUB ohne DRM
siehe Systemvoraussetzungen
E-Book bestellen