Moulins d'Autrefois

 
 
Books on Demand (Verlag)
  • 1. Auflage
  • |
  • erschienen am 11. Februar 2020
  • |
  • 265 Seiten
 
E-Book | ePUB mit Wasserzeichen-DRM | Systemvoraussetzungen
978-2-322-20423-6 (ISBN)
 
Jean Garric et Aline Terral s'aiment depuis l'enfance. Mais Jean est pauvre, et Terral, meunier cossu, a d'autres aspirations pour sa fille. Bien décidé à vaincre les réticences du meunier, Jean ne ménage pas ses efforts pour gravir l'échelle sociale. Il réussit à entrer en apprentissage au moulin voisin. Mais les événements s'acharnent à éloigner les jeunes gens l'un de l'autre. Leur amour y résistera-t-il ? Un roman puissant qui est aussi un superbe hymne à la nature.
1. Auflage
  • Französisch
  • 0,49 MB
978-2-322-20423-6 (9782322204236)
François Fabié, né au Moulin de Roupeyrac à Durenque (Aveyron) le 3 novembre 1846 et mort le 18 juillet 1928 à La Valette-du-Var (Var), est un poète régionaliste français. Le Moulin de Roupeyrac, sa maison natale, est aujourd'hui un musée consacré à sa vie et à son oeuvre.

II


À partir de ce jour, Jean Garric aima encore davantage sa petite voisine ; et Aline Terral ne parut pas se déplaire en la compagnie du petit pâtre. Elle l'appelait même quelquefois, tantôt pour lui montrer les images de son livre où elle lisait couramment, tantôt pour lui raconter de belles histoires, apprises de son frère ou de son parrain, l'oncle Joseph, un conteur merveilleux ; tantôt pour lui demander de lui cueillir les noisettes des plus hautes branches, ou des pommes au sommet des pommiers. Comme il accourait alors, rouge, empressé, heureux ! Mais sa timidité ne diminuait point ; et rarement il se risquait à répondre autrement que par monosyllabes aux demandes de sa petite amie.

 

Les jours coulèrent encore : l'automne vint. Jean apporta à Aline de beaux cèpes, ramassés dans les regains ou dans la mousse, au pied des chênes. Ils allumèrent ensemble des feux de fougères sèches où ils firent griller des châtaignes, tout en chauffant leurs doigts rougis par les premiers froids et leurs pieds mouillés par les averses d'octobre.

 

Puis, une après-midi de novembre, le ciel devint d'un gris laiteux ; des troupeaux de corneilles piaillantes tournoyèrent dans l'air ; deux canards sauvages s'abattirent sur l'étang et s'enfoncèrent en hâte sous la retombée des saules. Et la neige commença à tomber, endormeuse et nostalgique : c'était l'hiver. Les brebis de Jean et les vaches de Linou quittèrent le pré, se tournèrent le dos, les unes faisant tinter leurs clochettes claires, les autres agitant leur sonnaille enrouée, et regagnèrent les étables qui allaient les emprisonner durant de longs mois. Et du seuil de sa maisonnette perchée sur le coteau du Vignal, Jeantou, captif, et qui n'osait même plus aller tendre des lacets aux merles, ni des « tuiles » aux grives, parce qu'il craignait les reproches de son amie, passait de longues heures à regarder la campagne engourdie sous la neige et le givre, le ciel gris où volaient quelques corbeaux, et, là-bas, adossé à l'étang qui faisait une large tache noire sur tout le blanc des alentours, le moulin où Linou, sans doute, jouait avec sa sour et son frère, lisait des livres, se faisait conter de belles histoires à la veillée, et ne pensait même plus au petit pâtre si timide et si maladroit, qui n'avait jamais su trouver pour elle quelques mots d'amitié.

 

Le dimanche, au porche, certains jours de la semaine au catéchisme, ou même à la sortie des écoles de La Capelle, où tous les deux fréquentaient pendant six mois d'hiver, on s'apercevait un instant, on échangeait un regard ; mais jamais Jeantou n'eût osé aborder Linou, presque toujours, d'ailleurs, accompagnée de sa sour aînée ou de son frère cadet.

 

Un jour, pourtant, il s'enhardit jusqu'à descendre vers le pâtis communal du moulin où une bande de galopins de La Capelle allaient jouer aux quilles, aux barres, à la truie, pendant la belle saison, et, en hiver, se livrer de furieuses batailles à coups de boules de neige. Le cadet des garçons de Terral, Fric, était le boute-en-train, l'organisateur, l'âme de ces équipées. Hardi et turbulent, rieur et batailleur, il était adoré de tous les garçons de son âge.

 

Jeantou, un dimanche, après vêpres, suivit donc une troupe de ces derniers ; il dévala la côte dite de « la Griffoule » à cause des houx géants qui la bordent d'un côté ; ses compagnons, quelques-uns, d'ailleurs, un peu plus âgés que lui, souriaient sournoisement en le regardant par-dessus l'épaule, un peu dédaigneux pour ce serre-file timide et taciturne.

 

Lui, il nourrissait l'espérance vague d'apercevoir Aline sur le seuil, et - qui sait ? - peut-être d'être aperçu d'elle et invité à venir se chauffer sous cette cheminée où elle lui avait dit qu'on brûlait un chêne tout entier.

 

Il en fut, hélas ! de ce rêve comme de la plupart des rêves : Linou ne parut pas ; et les garçons se préparèrent au combat. Cadet commandait une des deux armées.

 

Il railla d'abord le nouveau venu, et ses railleries eurent de l'écho. Le pauvre Jean, dans ses lourds sabots de hêtre fourrés de paille, couvert d'un misérable sarrau gris et coiffé d'un capelet démodé, n'avait pas l'allure dégourdie de ses compagnons, presque tous fils de paysans plus aisés, ou recrutés parmi les plus francs polissons de La Capelle.

 

- Quel conscrit amenez-vous là, seigneur ? ricanait Cadet ; où l'avez-vous donc déniché ?

 

- Nous l'amenons parce qu'à la guerre il faut quelqu'un pour faire la soupe, répondait l'un.

 

- Et aussi pour soigner les malades et manouvrer la « pièce humide », fit un autre.

 

Et tous de rire sans fin. Et Jeantou de rougir et de sentir des pleurs monter à ses beaux yeux noirs.

 

- Allons, il n'a pas l'air méchant, reprit le jeune Terral. On dirait plutôt qu'il a froid. Va te chauffer au moulin, « fantoche » ; mes sours te feront une tartine de miel et t'apprendront à réciter le rosaire. Va vite.

 

On s'esclaffa de nouveau à cette invite facétieuse. Et, dame ! quoique Garric fût timide, il n'était nullement poltron. Ses yeux étincelèrent, il serra ses poings, déjà solides, et prit une attitude résolue. Quelques-uns des railleurs s'écartèrent un peu, mais Cadet poursuivit :

 

- Oh ! oh ! l'animal est rétif plus que nous ne pensions. Le mouton paraît enragé ; méfiez-vous.

 

Et, simulant l'effroi, avec un grand geste et une grimace comique, tous s'éloignèrent de Jeantou. Puis, l'un deux lui lança une pelote de neige, qu'il évita. Une autre suivit, puis une autre. Jean les esquivait, baissant la tête, sans riposter, sans dire un mot. Mais enfin, un projectile, lancé par le fils du meunier, vint le frapper en pleine poitrine. Alors, à la guerre comme à la guerre ! Il se décida à combattre ; il ramassa de la neige grasse à pleines mains, prit son temps, se laissant cribler de boulets hâtivement pétris et mal dirigés, arrondit et durcit le sien à loisir, visa le jeune Terral, qui se montrait le plus acharné de ses agresseurs, et l'atteignit rudement au visage. Un oil fut poché ; le sang gicla du nez et moucheta la neige. Stupéfaction de la bande ; puis, colère et menaces. Jeantou remonta vivement la côte de La Capelle, poursuivi par les boulets et les huées.

 

Il rentra chez lui, le cour gros, se disant que cette maudite aventure allait le brouiller à jamais avec Linou dont il avait blessé le frère. Qui sait, d'ailleurs, si celui-ci n'était pas gravement atteint ?. Il saignait. S'il allait perdre les yeux ?. Si le père Terral venait se plaindre au père Garric ?. Quelle affaire !. Jeantou n'en dormit pas de plusieurs nuits, et ne retourna qu'en tremblant à l'école, - où, heureusement, Cadet reparut, un oil à peine un peu cerné, et affecta de ne pas même apercevoir son adversaire. Au catéchisme, Linou avait sa mine ordinaire : le pauvre garçon respira.

 

Une inquiétude lui restait, pourtant. Certain dimanche d'avril, le curé de La Capelle, l'abbé Reynès, annonça en chaire que l'époque de la première communion approchait, et qu'il allait incessamment choisir les garçons et les filles dignes d'être, cette année, admis au sacrement, le jour de la Pentecôte. Jeantou fut parmi les élus, car il était sérieux, posé, et savait par cour son catéchisme comme pas un. Pour Aline, la question ne se posait même pas : c'était une savante et, à la fois, une petite sainte, au dire du bon pasteur.

 

Or, il est d'usage, dans nos campagnes du Ségala, que, pendant les jours de retraite qui précèdent la solennité de la première communion, les futurs communiants qui ont causé quelque préjudice aux gens du lieu, commis quelque vol de fruits, par exemple, ou laissé paître leurs bêtes sur les terres du voisin, aillent, en signe de réparation, demander amnistie à ceux qu'ils ont lésés. Jeantou crut de son devoir d'aller solliciter le pardon du cadet de Terral pour la malencontreuse boule de neige dont il lui avait meurtri le visage, l'hiver précédent. Et il reprit le chemin du moulin, très embarrassé de la façon dont il s'y présenterait, et plus encore de celle dont il parlerait ; car le pauvre garçon, nous l'avons dit, manquait d'aplomb et de facilité. Linou l'avait assez taquiné sur ce point :

 

- Celle qui t'a coupé le fil de la langue, Jeantou, a joliment volé à ta mère son argent.

 

Tout se passa mieux qu'il ne l'espérait. Le père Terral était occupé à la scierie ; et le suppliant put entrer sans être aperçu de ce petit homme, pas méchant au fond, mais dont tout le monde redoutait la pétulance, le verbe haut, les jurons et les railleries impitoyables.

 

Par contre, la meunière, Rose, la mère d'Aline, était la meilleure personne du pays, la plus douce, la plus aimante, la plus simple. Fille d'un propriétaire aisé du mas de Ginestous, elle aurait pu épouser un paysan cossu ; elle avait préféré Terral, petit meunier actif et vaillant, en qui elle avait deviné des trésors d'énergie. Elle eut à souffrir, certes, de l'humeur inégale, du caractère emporté de son mari, et aussi, étant elle-même très pieuse, de l'esprit gouailleur, gaulois, même légèrement impie, qui était celui de tous les Terral. Mais elle s'était renfermée dans la direction de la...

Dateiformat: EPUB
Kopierschutz: Wasserzeichen-DRM (Digital Rights Management)

Systemvoraussetzungen:

Computer (Windows; MacOS X; Linux): Verwenden Sie eine Lese-Software, die das Dateiformat EPUB verarbeiten kann: z.B. Adobe Digital Editions oder FBReader - beide kostenlos (siehe E-Book Hilfe).

Tablet/Smartphone (Android; iOS): Installieren Sie bereits vor dem Download die kostenlose App Adobe Digital Editions (siehe E-Book Hilfe).

E-Book-Reader: Bookeen, Kobo, Pocketbook, Sony, Tolino u.v.a.m. (nicht Kindle)

Das Dateiformat EPUB ist sehr gut für Romane und Sachbücher geeignet - also für "fließenden" Text ohne komplexes Layout. Bei E-Readern oder Smartphones passt sich der Zeilen- und Seitenumbruch automatisch den kleinen Displays an. Mit Wasserzeichen-DRM wird hier ein "weicher" Kopierschutz verwendet. Daher ist technisch zwar alles möglich - sogar eine unzulässige Weitergabe. Aber an sichtbaren und unsichtbaren Stellen wird der Käufer des E-Books als Wasserzeichen hinterlegt, sodass im Falle eines Missbrauchs die Spur zurückverfolgt werden kann.

Weitere Informationen finden Sie in unserer E-Book Hilfe.


Download (sofort verfügbar)

4,99 €
inkl. 7% MwSt.
Download / Einzel-Lizenz
ePUB mit Wasserzeichen-DRM
siehe Systemvoraussetzungen
E-Book bestellen