Le secret de la Luzette

 
 
Books on Demand (Verlag)
  • 1. Auflage
  • |
  • erschienen am 21. März 2019
  • |
  • 152 Seiten
 
E-Book | ePUB mit Wasserzeichen-DRM | Systemvoraussetzungen
978-2-322-12128-1 (ISBN)
 
Gaïta Valprez, jeune et fantasque orpheline, vit en sauvageonne près d'une vieille parente, dans un manoir d'Auvergne que baignent les eaux de la Luzette.

Lorsque son tuteur, le poète Gildas Le Guernez, décide de l'envoyer en pension, la jeune fille connaît des heures d'amère révolte. Pourtant elle s'attache peu à peu à ce tuteur froid et sévère que semble ravager une indicible tristesse.

Quel drame a bouleversé sa vie ? Gaïta, qui s'est mise à aimer Gildas, sera-t-elle assez forte pour lui apporter la paix et le bonheur.
1. Auflage
  • Französisch
  • 0,72 MB
978-2-322-12128-1 (9782322121281)
Marie, jeune fille rêveuse qui consacra toute sa vie à l'écriture, a été à l'origine d'une oeuvre surabondante dont la publication commence en 1903 avec Dans les ruines. La contribution de Frédéric est moins connue dans l'écriture que dans la gestion habile des contrats d'édition, plusieurs maisons se partageant cet auteur qui connaissait systématiquement le succès. Le rythme de parution, de plusieurs romans par an jusqu'en 1925, et les très bons chiffres de ventes assurèrent à la fratrie des revenus confortables. Ils n'empêchèrent pas les deux auteurs de vivre dans une parfaite discrétion, jusqu'à rester inconnus du grand public et de la critique.

L'identité de Delly ne fut en fait révélée qu'à la mort de Marie en 1947, deux ans avant celle de son frère. Ils sont enterrés au cimetière Notre-Dame de Versailles.

I


- Tap !... Tap !...

Dans le silence du bois, ma voix résonnait avec une intensité particulière. On devait certainement l'entendre jusqu'à la Mailleraye. Mais seul un petit écho ironique semblait se soucier de mon appel. Tap, mon compagnon fidèle, y demeurait sourd.

« Je lui donnerai une correction quand il reviendra ! » pensai-je, saisie de colère, car pareil fait n'était pas habituel chez ce brave chien recueilli par moi trois ans auparavant sur la grand-route où il gisait, une patte coupée par un de ces horribles engins de mort que l'on nomme automobiles, et soigné avec tant de sollicitude qu'il marchait de nouveau, au bout de peu de temps - sur trois pattes, cette fois.

J'aimais beaucoup Tap, mais d'une affection tyrannique et quelque peu autoritaire. Le bon chien le savait sans doute, car il me suivait comme mon ombre, et, quand je m'arrêtais, se couchait à mes pieds sans me quitter des yeux.

Mais aujourd'hui Tap était infidèle... Et sa peu patiente jeune maîtresse en ressentait une véritable colère.

À travers le feuillage des châtaigniers, le soleil se glissait et s'épandait sur le sol herbeux en longues coulées lumineuses. À mesure que j'avançais, le sentier s'élargissait, les arbres se clairsemaient, l'herbe que foulaient mes vieux souliers attachés par des lacets verdis se faisait plus drue.

Et, tout à coup, apparut la Luzette. Elle coulait très paisible, entre deux rives gazonnées. Un peu plus haut, elle était un petit torrent, elle le redevenait à quelque cent mètres en aval ; mais ici, elle se donnait le plaisir du repos, en reflétant dans ses eaux claires les beaux châtaigniers qui se dressaient sur ses bords.

D'un mouvement souple, je me laissai glisser à terre et m'étendis de tout mon long, les coudes dans l'herbe, les mains sous le menton. C'était ma position favorite lorsque je me trouvais en présence de la Luzette - mon amie la Luzette !

Quand Tap était là, il s'étendait près de moi, et, le nez entre les pattes, semblait contempler, lui aussi, l'onde paisible à peine agitée parfois d'un léger remous. Pour la jeune créature ignorante et imaginative que j'étais, les animaux, les plantes, les éléments eux-mêmes étaient doués d'une âme, et je me figurais que Tap, comme moi, cherchait le secret caché sous le calme mystère de ces eaux vertes, d'un vert pâle et transparent, qui se faisait à certaines heures lumineux, tandis qu'à d'autres je le voyais sombre, semblant refléter quelque inquiète et sourde tristesse.

Un jour, en furetant dans les greniers de la Mailleraye, j'avais découvert un antique petit livre relatant, en un style archaïque comme son apparence, de curieuses légendes du pays limousin. J'y avais lu, entre autres choses, ceci :

« Il existait au temps jadis, perché sur un roc au-dessus d'un grand lac bleu, un château habité par un seigneur du nom de Renaud d'Arbères. Le roi des Ondins le jalousait, parce qu'il était fort beau, et surtout qu'il possédait, lui, simple mortel, les plus merveilleux yeux verts qu'eût jamais rêvés habitant des eaux. Cette jalousie devint telle que l'aquatique souverain s'en fut, un jour, chez un enchanteur qui habitait tout près de là, et lui demanda de le débarrasser du seigneur d'Arbères. L'enchanteur accepta, à condition que le roi lui donnerait en mariage la plus belle de ses filles. Le marché fut conclu. Dès le jour même, Renaud disparut. Ses serviteurs le cherchèrent en vain. Mais, en revanche, ils découvrirent à peu de distance une rivière inconnue. Jamais ils ne soupçonnèrent qu'elle n'était autre que leur maître, réduit à cet état par un enchantement.

» Pendant ce temps, la belle Élia, la fille du roi des Ondins, se consumait de désespoir à la pensée de devenir l'épouse de l'enchanteur, être affreux et cruel. Un jour, de son palais aquatique, elle avait aperçu le jeune seigneur qui se penchait vers le lac et, depuis lors, elle l'aimait. Longtemps, elle chercha le moyen de le venger, et d'éviter en même temps l'union odieuse. Elle le trouva un soir. L'enchanteur, profitant d'un admirable clair de lune qui couvrait le lac d'une clarté argentée, était venu voir sa fiancée. L'Ondine s'éleva du milieu du lac. Jamais elle n'avait été si belle que ce soir-là. Ses longs cheveux pâles et soyeux tombaient autour d'elle, sur sa robe faite d'herbes aquatiques, semée de perles et d'émeraudes. Dans son visage blanc comme l'albâtre, ses yeux verts brillaient plus encore que les gemmes précieuses.

» Elle se mit à chanter... Et cette voix était si merveilleuse et si ensorcelante, que l'enchanteur, ravi, avançait sans s'en apercevoir, tendant les bras avec extase vers Élia qui souriait, et qui chantait toujours.

» Le sol manqua tout à coup sous ses pieds. Il s'enfonça dans l'eau argentée, où les sours d'Élia l'attendaient pour l'entourer de longues herbes destinées à paralyser ses mouvements. Il périt étouffé, car ses enchantements, puissants sur autrui, ne pouvaient rien sur lui-même. Et la belle Ondine quitta à jamais le lac, elle alla établir sa demeure en quelque coin mystérieux, sous les eaux de cette Luzette qui était le beau Renaud aux yeux d'Ondin. Parfois, on l'a vue, aux jours de pleine lune, s'élever lentement, pâle et triste, chantant une mystérieuse lamentation. Puis, peu à peu, elle disparaît, en jetant une dernière fois sur l'eau calme le regard douloureux de ses yeux d'émeraude. »

Pour moi, cette légende était une réalité absolue.

En cette onde paisible qui coulait sous mes yeux, je voyais Renaud d'Arbères, et c'était le secret de ses pensées, le mystère de son étrange existence que je cherchais passionnément à découvrir, durant ces heures où moi, la vive et remuante Gaïta, je demeurais étendue, scrutant l'eau verte qui ondulait sur un lit de cailloux gris, polis par elle.

J'étais, en général, fort tranquille ici. Les seuls êtres humains que j'aperçusse parfois étaient quelque vieux berger, quelque paysan, une pastourelle, une vieille femme traînant un fagot. Les uns ou les autres me disaient un bonjour auquel, parfois, toute concentrée dans ma rêverie, je ne répondais pas, et passaient sans s'étonner, car il était bien connu que la Demoiselle de la Mailleraye n'était pas comme tout le monde.

Aussi, aujourd'hui, entendant un pas sur le sol herbeux, je ne me détournai même pas. Mais je tressautai quelque peu lorsqu'une voix masculine, sonore et douce, demanda :

- Pourriez-vous me dire si je suis loin de la Mailleraye ?

Je me redressai, de telle sorte que je me trouvai sur les genoux, et je penchai un peu la tête de côté pour mieux voir celui qui m'adressait la parole.

C'était un étranger, un monsieur de la ville, évidemment.

Si sauvage et inexpérimentée que je fusse, je ne pouvais confondre avec nos paysans, ni même avec l'instituteur du village ou le docteur Picon, fils de cultivateurs et demeuré fort rustique, cet inconnu très distingué, vêtu avec une correction élégante.

Il était jeune, mince et bien proportionné ; il avait une longue moustache blonde... Ce fut tout ce que, au premier moment, je m'avisai de remarquer.

Voyant que je restai silencieuse, le considérant d'un air surpris et curieux, mais aucunement intimidé, il reprit avec une légère intonation d'impatience :

- Pouvez-vous m'indiquer le plus court chemin pour me rendre à la Mailleraye, petite fille ?

L'appellation ne me froissa en aucune façon. Je ne me souciais pas du tout de mes seize ans tout fraîchement sonnés, et il m'était fort indifférent que l'on continuât à voir en moi une enfant, ce qu'autorisaient du reste ma petite taille, des cheveux courts tombant tout juste sur la nuque, et mes jupes arrivant au-dessus de la cheville, sans parler de mes manières qui étaient, bien réellement, celles d'une petite fille aucunement éduquée.

Ce qui me frappa uniquement dans l'interrogation de l'étranger, ce fut le nom de la Mailleraye, la vieille demeure où je vivais depuis ma naissance avec ma tante Amandine.

- Vous allez à la Mailleraye ?... Pour quoi faire ? m'écriai-je avec surprise.

Le fin visage de l'étranger exprima un certain étonnement. Il était évident que cette question lui semblait indiscrète.

- J'imagine que cela me regarde seul ! dit-il froidement. Pouvez-vous m'indiquer le chemin, oui ou non ?

Je m'avisai tout à coup, à ce moment, de remarquer la couleur étrange de ses yeux. Ils étaient verts, d'un vert profond et mystérieux... Et, par une soudaine association d'idées, je songeai qu'ils ressemblaient aux eaux de la Luzette.

Mais les façons impératives de cet inconnu avaient froissé mon très vif orgueil, et je ripostai d'un ton sec :

- Non, je ne vous l'indiquerai pas, parce que j'ai le droit de savoir, auparavant, qui s'en va comme cela chez nous !

- Chez vous ?

Une stupéfaction sans bornes se lisait sur la physionomie du jeune homme.

- Chez vous ! Est-ce que vous seriez... ? Mais non, ce n'est pas possible ! Mlle Valprez est déjà presque une jeune fille, d'après...

- Je suis Gaïta Valprez, voilà ! déclarai-je en me relevant d'un bond, car jusque-là j'étais restée à genoux dans l'herbe. Qui a pu vous parler de moi ?... Et qui êtes-vous ?

- Un cousin de votre père, Gildas Le Guernez.

- Un cousin de mon père ?... Ah ! dis-je d'un ton de surprise...

Dateiformat: EPUB
Kopierschutz: Wasserzeichen-DRM (Digital Rights Management)

Systemvoraussetzungen:

Computer (Windows; MacOS X; Linux): Verwenden Sie eine Lese-Software, die das Dateiformat EPUB verarbeiten kann: z.B. Adobe Digital Editions oder FBReader - beide kostenlos (siehe E-Book Hilfe).

Tablet/Smartphone (Android; iOS): Installieren Sie bereits vor dem Download die kostenlose App Adobe Digital Editions (siehe E-Book Hilfe).

E-Book-Reader: Bookeen, Kobo, Pocketbook, Sony, Tolino u.v.a.m. (nicht Kindle)

Das Dateiformat EPUB ist sehr gut für Romane und Sachbücher geeignet - also für "fließenden" Text ohne komplexes Layout. Bei E-Readern oder Smartphones passt sich der Zeilen- und Seitenumbruch automatisch den kleinen Displays an. Mit Wasserzeichen-DRM wird hier ein "weicher" Kopierschutz verwendet. Daher ist technisch zwar alles möglich - sogar eine unzulässige Weitergabe. Aber an sichtbaren und unsichtbaren Stellen wird der Käufer des E-Books als Wasserzeichen hinterlegt, sodass im Falle eines Missbrauchs die Spur zurückverfolgt werden kann.

Weitere Informationen finden Sie in unserer E-Book Hilfe.


Download (sofort verfügbar)

2,49 €
inkl. 19% MwSt.
Download / Einzel-Lizenz
ePUB mit Wasserzeichen-DRM
siehe Systemvoraussetzungen
E-Book bestellen