Le fruit mûr

 
 
Books on Demand (Verlag)
  • 1. Auflage
  • |
  • erschienen am 21. März 2019
  • |
  • 144 Seiten
 
E-Book | ePUB mit Wasserzeichen-DRM | Systemvoraussetzungen
978-2-322-12116-8 (ISBN)
 
Tugdual Meurzen est un jeune peintre mais déjà on apprécie son talent, son parfait «métier»... Un mot qui le laisse insatisfait, irrité.

Ses toiles, il le sent, manquent de liberté, d'âme. En vérité, Tugdual étouffe entre une mère abusive et une soeur à l'esprit sec.

Pourtant, dans cette lumineuse Provence où tous trois font un bref séjour, Tugdual se reprend à espérer. Il a fait la connaissance de Sormagnes, le sculpteur, et de sa petite-fille, Dionysia, au pur et grave visage éclairé par un regard d'aigue-marine.

Sensible au drame qu'elle devine, elle accepte de poser pour un portrait. Et dès les premières esquisses, un nouvel artiste se révèle¿ deux coeurs se découvrent.

Mme Meurzen va tout tenter pour reprendre son fils. Lui rappeler un ancien, un fatal serment...
1. Auflage
  • Französisch
  • 0,69 MB
978-2-322-12116-8 (9782322121168)
Marie, jeune fille rêveuse qui consacra toute sa vie à l'écriture, a été à l'origine d'une oeuvre surabondante dont la publication commence en 1903 avec Dans les ruines. La contribution de Frédéric est moins connue dans l'écriture que dans la gestion habile des contrats d'édition, plusieurs maisons se partageant cet auteur qui connaissait systématiquement le succès. Le rythme de parution, de plusieurs romans par an jusqu'en 1925, et les très bons chiffres de ventes assurèrent à la fratrie des revenus confortables. Ils n'empêchèrent pas les deux auteurs de vivre dans une parfaite discrétion, jusqu'à rester inconnus du grand public et de la critique.

L'identité de Delly ne fut en fait révélée qu'à la mort de Marie en 1947, deux ans avant celle de son frère. Ils sont enterrés au cimetière Notre-Dame de Versailles.

II


Tugdual descendit le lendemain matin au Golfe-Juan. Il erra quelque temps sur le petit port, regardant la houle bleue aux éclairs d'or sur laquelle dansaient quelques barques. Puis, en flânant, il se dirigea vers Juan-les-Pins. Derrière lui, il entendait un bruit de pas, des voix d'enfants, et une autre, une voix d'homme lente et sonore. Les promeneurs se trouvèrent bientôt à sa hauteur. Deux enfants le dépassèrent, et la voix masculine prononça :

- Meurzen ?... je ne me trompe pas ?

Il tourna la tête, et vit près de lui un homme jeune, très grand, dont les yeux souriaient tandis que les lèvres restaient sérieuses et fermées.

- Ah ! Heurtal !... Je ne vous savais pas ici.

Ils se serrèrent la main avec une cordialité tranquille, tandis que René Heurtal expliquait :

- Je suis installé depuis trois semaines à Juan-les-Pins, avec les enfants. C'est pour ma petite Camille, qui a toussé tout l'hiver dernier.

Il désignait la toute petite fille blonde qui courait près de son frère, le long du rivage.

- Vous restez avec eux ?

- Pas tout le temps, c'est impossible. J'ai pris un congé de deux mois. Après cela, je les laisserai avec ma sour aînée qui viendra à ce moment me remplacer... Et vous, Meurzen, que faites-vous ici ?

- Ma mère ne peut se remettre de la congestion pulmonaire qui a failli l'emporter l'année dernière. J'ai loué une petite villa, en haut, par-delà Vallauris. Cela s'appelle le bastidou Saint-Jean.

- Oui, je connais. C'est gentil. Vous êtes le voisin de Calixte Sormagnes,

- Calixte Sormagnes ?... Il habite par là ?

- Tout près, à la maison du Sarrazin qui appartient de temps immémorial à sa famille, car il est de par ici.

- J'ignorais... Cette maison du Sarrasin, n'est-ce pas une grande bâtisse rousse, entourée d'un petit parc ?

- Précisément. Il y passe tous les hivers, avec sa petite-fille. C'est un très vieil ami pour moi, ainsi que vous le savez. Je vais fréquemment le voir depuis que je suis ici. Voulez-vous que je vous présente ? C'est un homme charmant, et très sociable.

- J'accepte volontiers. Je suis un sauvage et je déteste les nouvelles connaissances. Mais Sormagnes, le maître sculpteur, c'est autre chose. J'admire dans ses ouvres ce qui manque à tant d'autres, ce qui fera demeurer perpétuellement tant d'artistes dans les limbes de leur médiocrité : le rayon d'idéal, la vie profonde de l'âme transparaissant sur la toile, le marbre, ou dans les harmonies de la composition musicale.

- Oui, Sormagnes est un artiste complet. Mais il a été admirablement inspiré par sa femme d'abord, une Grecque intelligente et fort belle, puis, quand il fut devenu veuf, par sa petite-fille, Dionysia, vivant portrait de l'aïeule. Avez-vous vu sa Jeune fille rêvant, au dernier Salon ?

- Oui. C'est un chef-d'ouvre. Et quel délicieux visage de femme !

- Dionysia a été son modèle, pour cette statue et pour d'autres. Quand il fit celle-là, elle avait seize ans et venait d'être fiancée.

- Elle est mariée ?

- Non, elle l'a été... ou plutôt elle a failli l'être. Après le mariage à l'église, tandis qu'on entourait et complimentait l'épousée, le jeune homme - c'était son cousin, un Hellène du nom de Stéphanos Damapoulos - s'enfuyait en laissant une lettre dans laquelle il disait que, forcé par son père à ce mariage, il trouvait indigne de continuer à jouer près de Dionysia la comédie de l'amour, tandis que tout son cour appartenait à une autre femme, dans son pays. Il déclarait renoncer à l'héritage de son père, accepter de ne plus revoir les siens, plutôt que de devenir l'époux de sa cousine, « car, ajoutait-il, je la trouve trop digne de tendresse et de respect, pour la tromper ainsi ».

- Et alors ?

- Eh bien, alors, le mariage fut annulé, en dépit des fureurs du père Damapoulos, qui voulait partir à la recherche de son rejeton et le ramener repentant, entre deux gendarmes probablement, aux pieds de Dionysia. Celle-ci était très riche, comprenez-vous ?... Il dut mettre du temps à se consoler de cette grosse déception - d'autant mieux que Stéphanos, paraît-il, épousa sa bien-aimée, qui n'avait pas le sou.

- Comment Mlle Sormagnes prit-elle l'aventure ?

- Elle ? Pauvre petite, elle l'aimait ! Son premier amour, tout simple, tout candide... Oh ! elle fut très courageuse, très fière. Personne ne la vit pleurer, en dehors de son aïeul, son seul protecteur, car elle était orpheline. Personne ne reçut de confidences. Elle continua sa vie de jeune fille, près du grand-père dont elle est la joie. Mais elle n'est pas mariée encore. Il y a huit ans que Stéphanos est parti, et elle refuse toutes les demandes, dont quelques-unes des plus flatteuses, car, sans parler de sa beauté, elle est remarquablement douée au point de vue intellectuel, ainsi que vous pourrez en juger.

- L'aime-t-elle donc encore ?

- Je ne sais. Peut-être. Il était charmant, très artiste, d'une grâce câline, un peu mélancolique. On le disait malheureux chez son père, esprit étroit et autoritaire. La compassion féminine avait probablement frayé la voie à l'amour, ainsi qu'il arrive souvent.

Il s'interrompit, en étendant la main :

- Voilà mon logis.

Une villa apparaissait sous les pins. Elle était petite, basse, toute rouge et blanche dans la clarté vibrante de l'heure déjà chaude. Heurtal expliqua :

- C'est un peu étroit, mais fort gentiment aménagé. Puis la situation est parfaite. Les enfants sont tout le jour dans les pins, et respirent en même temps l'air salin.

Tugdual jeta un coup d'oil sur la petite fille blonde qui revenait vers eux, en tenant par la main son frère plus jeune.

- Elle a bonne mine, je trouve, cette enfant.

- Oui, déjà l'amélioration se fait sentir... Viens ici, Camille. Tu as trop couru, je le crains...

Sa forte main musculeuse tâta le cou, les joues de la petite fille.

- ... Va trouver Mme Lhomme, pour qu'elle te change. Va, ma chérie.

Le regard de Tugdual s'attacha discrètement sur ce brun visage d'homme, énergique et froid à l'ordinaire, mais qui, en ce moment, s'émouvait de tendresse paternelle. Heurtal, s'en apercevant, dit avec un calme forcé :

- Vous pensez que ce n'est pas moi qui devrais m'occuper de cela ?... qu'une autre devrait être là...

Tugdual lui prit la main.

- Je ne voulais pas vous en parler...

- Je vous remercie de cette discrétion. Beaucoup ne l'ont pas... Deux ans, Meurzen, deux ans déjà que mes pauvres petits n'ont plus de mère, qu'elle les a quittés, la misérable.

Une lueur de haine passa dans le bleu vif des yeux.

Tugdual demanda :

- Où en êtes-vous ?

- Mais à la séparation, toujours. Je ne demanderai jamais autre chose. Comprenez-moi, Meurzen, je ne suis pas un croyant ; ce n'est donc pas chez moi une question d'obéissance et une interdiction de l'Église. Mais sur ce point-là, je me trouve d'accord avec elle, complètement. Le divorce est une loi de destruction sociale ; il désagrège la famille, il est le triomphe de l'individualisme, c'est-à-dire la ruine de la société. Cela, je le pense depuis des années. Eh bien, si je suis un honnête homme, je dois appliquer mes principes à moi-même, maintenant que le jour est venu. Après avoir déclaré indispensable à la dignité humaine l'union indissoluble, quelle que soit l'indignité de l'un des époux, je ne puis reprendre ma liberté. Car j'affirme que l'individu est dépendant de la société, et qu'il n'a pas le droit de jeter le trouble dans celle-ci, en multipliant les foyers à côté, en discréditant le mariage, réduit à n'être plus qu'un contrat temporaire résiliable à la volonté d'un des conjoints.

Il s'interrompit un moment, et son regard pensif suivit la voile blanche d'une barque poussée par la forte brise d'ouest.

- ... Quand j'étais plus jeune, je disais aussi, comme les autres, que l'être humain a le droit de trancher le lien conjugal, dès qu'il y trouve souffrance ou désillusion. Mais depuis, j'ai réfléchi, et j'ai vu... Non, ce droit, nous ne l'avons pas, car la famille est indivisible, et nous lui sommes solidaires. Dans toute la plénitude de ma raison, et de ma liberté, je me suis uni à cette femme, que je n'aimais pas à la passion, mais que je croyais sérieuse et bonne, et pour laquelle j'ai été un mari fidèle. C'était fini, c'était pour la vie, tant que nous resterions vivants tous deux. Et rien, rien au monde ne pourrait faire que la vraie famille, ce ne soit plus nous : elle, moi, nos enfants. Les autres, les deux foyers que nous pourrions constituer, chacun de notre côté, seraient des rejets poussés sur le vieil arbre de la race, dont ils aspireraient la sève, et qu'ils tueraient lentement. Le principe du divorce est séduisant, il paraît logique ; en pratique, il est destructeur et mène à l'anarchie morale.

Tandis qu'il parlait, Tugdual approuvait d'un signe de tête, d'un bref monosyllabe, ou même seulement par un regard sympathique attaché sur Heurtal. Quand celui-ci se tut, il dit :

- Vous savez que ce sont là mes idées. Mais je me souviens en effet que ce n'étaient pas les vôtres, à l'époque où nous nous sommes connus.

- Oui, oui, je vous le dis, j'étais...

Dateiformat: EPUB
Kopierschutz: Wasserzeichen-DRM (Digital Rights Management)

Systemvoraussetzungen:

Computer (Windows; MacOS X; Linux): Verwenden Sie eine Lese-Software, die das Dateiformat EPUB verarbeiten kann: z.B. Adobe Digital Editions oder FBReader - beide kostenlos (siehe E-Book Hilfe).

Tablet/Smartphone (Android; iOS): Installieren Sie bereits vor dem Download die kostenlose App Adobe Digital Editions (siehe E-Book Hilfe).

E-Book-Reader: Bookeen, Kobo, Pocketbook, Sony, Tolino u.v.a.m. (nicht Kindle)

Das Dateiformat EPUB ist sehr gut für Romane und Sachbücher geeignet - also für "fließenden" Text ohne komplexes Layout. Bei E-Readern oder Smartphones passt sich der Zeilen- und Seitenumbruch automatisch den kleinen Displays an. Mit Wasserzeichen-DRM wird hier ein "weicher" Kopierschutz verwendet. Daher ist technisch zwar alles möglich - sogar eine unzulässige Weitergabe. Aber an sichtbaren und unsichtbaren Stellen wird der Käufer des E-Books als Wasserzeichen hinterlegt, sodass im Falle eines Missbrauchs die Spur zurückverfolgt werden kann.

Weitere Informationen finden Sie in unserer E-Book Hilfe.


Download (sofort verfügbar)

2,49 €
inkl. 19% MwSt.
Download / Einzel-Lizenz
ePUB mit Wasserzeichen-DRM
siehe Systemvoraussetzungen
E-Book bestellen