Échauffement

 
 
Librinova (Verlag)
  • 1. Auflage
  • |
  • erschienen am 12. Dezember 2017
  • |
  • 248 Seiten
 
E-Book | ePUB mit Wasserzeichen-DRM | Systemvoraussetzungen
979-10-262-1480-9 (ISBN)
 
Caleb Sparkles, 19 ans, appartient à l'un des plus grands clubs de football d'Angleterre. Même s'il est encore loin d'être la star de son équipe, il est habitué à avoir une vie plutôt facile. Les paillettes et les filles qui rêvent de le mettre dans leur lit, il connaît... mais il n'a jamais rencontré le grand amour. Quand il croise Gary Devlin à une soirée chez des amis communs, il est troublé par sa personnalité froide et son regard sévère. Le lendemain, ses amis sont formels : Devlin ne l'a pas quitté des yeux de toute la soirée. Mais pourquoi ce prodige de l'équipe adverse s'intéresserait-il à lui ? Et surtout, pourquoi cette simple idée le met-elle dans un tel état ? Caleb doit absolument percer le mystère. Son c?ur en sortira-t-il indemne ?

Jeanne et Louise Corolle sont des jumelles de 27 ans, fans de foot et de romances, qui écrivent à quatre mains depuis l'enfance.
  • Französisch
  • 0,32 MB
979-10-262-1480-9 (9791026214809)

- 5 -


 

 

- T'es libre ce soir ?

 

Il est en train de se passer un truc de fou. Gary Devlin est au courant que j'ai envie de faire des trucs avec lui. Et il en a envie aussi - parce que je ne pense qu'il soit du genre à proposer de me voir pour avoir une conversation philosophique et essayer de comprendre ce que j'ai dans la tête. Je suis complètement libre ce soir ; on est vendredi et je ne joue que le dimanche.

 

Ça se pourrait ! T'as quoi en tête ?

- Je sais pas du tout à vrai dire, et toi ?

- Rien de précis. J'ai juste envie d'explorer un peu

- Bon on fait quoi alors ?

- Gary dis-moi d'abord t'as une copine finalement ou pas ?

- Bah oui je te l'ai dit

 

Évidemment qu'il a encore une copine ; il ne l'aurait pas quittée sur le champ en recevant mon maladroit WhatsApp ; je croyais quoi ? Mais ça ne m'arrange pas du tout, qu'il ait une copine. Je m'apprête quand même à faire des trucs avec un mec. Est-ce que je suis obligé de me rajouter en plus la culpabilité du statut d'amant ? Je l'avais déjà fait, mais je replonge : je tape sur Google « Gary Devlin copine ». La fille en question, une dénommée Sabrina, est bien la même que celle de la soirée et c'est toujours pas mon genre : une brune un peu trop bronzée pour que ce soit naturel, des seins énormes et des lèvres faites pour autre chose que les débats politiques. La grande classe. Je vaux mieux que d'être en concurrence avec une fille comme ça, merci bien. Et puis ça me déçoit de lui : il est comme tous les autres, uniquement intéressé par des poupées gonflables écervelées. Mon envie de lui retombe un peu.

 

Ok laisse tomber

- Attends ça va c'est pas comme si on avait des enfants, je suis avec elle depuis 8 mois et c'est pas sérieux du tout

- 8 mois c'est pas rien, t'es marrant, j'ai pas envie que tu te mettes mal avec elle à cause de moi

- Elle en saura rien ! Et si elle l'apprend ce sera un bon moyen de me débarrasser d'elle

 

Ce mec est un super macho en fait. Un vrai salaud. Il lit dans mes pensées :

 

Je passe pour un connard là c'est ça ?

- Un peu oui.

- Tant pis alors

 

Il abandonne déjà ? Je sens qu'il est en train de m'échapper. Est-ce que prendre un peu de plaisir avec le petit ami d'une fille pareille me poserait à ce point un problème de conscience ? Je me torture l'esprit pour elle, là ? Est-ce qu'elle le mérite tant que ça, cette fille refaite et vénale ? (je suis un peu rapide dans mes jugements, je sais)

 

Non mais t'es sûr que tu tiens pas à elle ?

- C'est quoi ton adresse ?

 

Sa question directe fait revenir mon excitation très rapidement - ma volonté d'être un mec bien a assez duré pour aujourd'hui. Je laisse passer une vingtaine de minutes, pour la forme, et je lui envoie mon adresse.

 

L'impatience cède sa place à la panique la plus totale en un rien de temps. Je vais accueillir Gary Devlin dans mon appart. Mais quand ? ! Il n'a jamais dit qu'il arriverait tout de suite ! Est-ce qu'il compte dîner ? Est-ce qu'il compte rester dormir ? ! Il s'attend à quoi, exactement ? Est-ce qu'il a l'habitude de tromper sa copine ? Est-ce que c'est vrai qu'il n'a aucune expérience avec les mecs, lui non plus ? Il a l'air bien sûr de lui. En même temps, moi non plus je n'ai pas pris de pincettes en lui dévoilant mes intentions, même si je n'ai pas dit clairement ce que je voulais qu'on fasse. Je n'en ai aucune idée, à vrai dire. Je crois que j'ai envie qu'il me touche. Rien qu'à cette idée je commence à bander et à me réchauffer doucement. Mais il s'agit de quelqu'un que je ne connais pas, un mec, une star, qui peut se pointer dans 10 minutes comme dans 3 heures.

 

Tout bien réfléchi, il doit habiter à l'autre bout de Londres, en fait, Devlin. Le centre d'entraînement de Chelsea est au Sud-Ouest alors que moi j'habite carrément au Nord-Est dans un coin un peu paumé, loin de la frénésie de la ville. S'il prend sa voiture et qu'il a de la chance, il peut être là en 45 minutes. Ça me laisse un petit sursis. Je décide de prendre une douche pour me changer les idées et être au top quand il arrivera. Je passe pas mal de temps à me regarder dans la glace - habitude souvent moquée par mes coéquipiers mais là, je suis tout seul. enfin, pour l'instant. Je prends un soin tout particulier à me remettre de la laque dans les cheveux parce qu'ils ont une fâcheuse tendance à se plaquer sur mon front et ça me donne l'impression d'avoir 15 ans. Mes fringues sont pas mal sans que mon look fasse trop travaillé non plus. Je me remets un léger pschitt de parfum et, quand je me sens suffisamment bien dans ma peau, je m'attaque à mon salon. Je planque immédiatement mon autobiographie de Beckham qui me ferait passer pour une fangirl. Ce mec est mon idole absolue mais Devlin n'a pas besoin de le savoir, surtout qu'il l'a probablement déjà rencontré et qu'il a peut-être même son numéro de portable - contrairement au mien jusqu'à hier soir. Le salon n'est pas trop mal à part ça. Mais il se passe quoi s'il veut aller dans ma chambre ? Merde. Ma chambre fait vraiment ado attardé. J'ai une couette Arsenal putain. Je la remplace en quatrième vitesse par un truc insipide bleu et blanc. Je décolle les photos sur mon mur : mes petits frère et sour Harry et Megan, mes parents, Alex et moi à l'époque de Burnley, d'autres copains d'enfance. Je ramasse mes chaussettes et t-shirts sales que je fourre dans la machine, j'ouvre la fenêtre pour aérer quelques minutes, et ça me semble pas si catastrophique. Sa chambre à lui est sûrement 10 fois plus grande et plus luxueuse mais c'est lui qui a voulu aller chez moi. Sans doute parce que sa poufiasse est en train de se prélasser dans ses draps en soie.

 

Le temps passe et il n'est toujours pas là. Je sors deux verres, une bouteille de vin, j'allume la télé et j'attends. Ils passent une rediffusion de Manchester United - West Ham qui a eu lieu plus tôt dans la journée - les Hammers ont bouffé United, il paraît que c'était un beau match. La pression est un peu retombée depuis son texto : j'ai eu le temps de me faire à l'idée qu'il vienne. Enfin, c'est ce que je crois, jusqu'à ce que je me fige en entendant sonner à la porte.

 

Il est juste canon. Pas très chic avec sa casquette à l'envers et son pantalon large mais qu'est-ce qu'il a des beaux yeux ! Et toujours cette ride entre les sourcils qui le rend si froid. Il sourit quand même, vite fait. Il n'a visiblement pas fait beaucoup d'efforts : pas rasé, vieux t-shirt. Par contre il sent super bon : un parfum un peu ambré aux notes d'écorces orangées. J'ai envie de l'embrasser tout de suite. Ce serait la meilleure chose à faire : quoi de mieux pour briser la glace ? Au lieu de ça, je lui dis juste « Bah vas-y entre, bienvenue ! » Il remercie vaguement et referme la porte derrière lui. On y est.

 

« Tu regardes quoi ?

- Le match de cet aprèm, il paraît que c'était vraiment pas mal, tu l'as vu ?

- Ah non je sais pas du tout ce que ça a donné, on regarde ?

- Euh ouais si tu veux, je te sers du vin ?

- Avec plaisir. »

Et il s'assoit sur le canapé. Je n'avais pas du tout prévu ça. J'aurais dû éteindre la télé avant d'aller ouvrir, là on est complètement bloqués.

 

Il boit lentement son verre, les yeux rivés sur l'écran. Je fais pareil - j'ai l'impression de revivre cette soirée Fifa où j'avais fait semblant de m'intéresser à la télé pendant des heures. Ma raison m'impose de me concentrer sur le match alors que je crève de le dévorer des yeux - puisque je n'ai pas l'audace de faire plus. Quand il repose son verre vide sur la table basse, j'ai un prétexte tout trouvé pour en placer une :

 

« Je te ressers ?

- Il est pas mal ce vin franchement. Mais c'est pas une bonne idée, il faut être sérieux quand même. T'as de l'eau ?

- Je dois pouvoir te trouver ça. Plutôt plate ou gazeuse ?

- T'embête pas, l'eau du robinet ça me va très bien.

- Ok. Pas de problème. Bouge pas, je reviens tout de suite. »

 

Je m'enfuis dans la cuisine, son verre à la main. Dès que je suis hors de sa vue, j'ai le réflexe de porter le verre à ma bouche pour finir les dernières gouttes. La sensation de toucher avec ma bouche le verre qu'il a lui-même touché suffit à me faire vaciller. Je garde quelques secondes les gouttes de vin sur ma langue puis me résous à les avaler, avec la même culpabilité que si je regardais un porno. Je prends une bouteille d'Evian, remplis le verre et. me rends compte que c'est finalement pas top de servir de l'eau à quelqu'un dans un verre où il vient de boire du vin rouge. Je reprends calmement ma respiration, remplis d'eau du robinet un verre propre - il a précisé qu'il voulait de l'eau du robinet et j'ai peur qu'il se rende compte de la différence si je lui sers de l'eau de source. Il va falloir que je me calme ; le match est encore long et je suis déjà dans un état de fébrilité que seul me branler pourrait apaiser.

 

Je...

Schweitzer Klassifikation
BISAC Classifikation
Warengruppensystematik 2.0

Dateiformat: EPUB
Kopierschutz: Wasserzeichen-DRM (Digital Rights Management)

Systemvoraussetzungen:

Computer (Windows; MacOS X; Linux): Verwenden Sie eine Lese-Software, die das Dateiformat EPUB verarbeiten kann: z.B. Adobe Digital Editions oder FBReader - beide kostenlos (siehe E-Book Hilfe).

Tablet/Smartphone (Android; iOS): Installieren Sie bereits vor dem Download die kostenlose App Adobe Digital Editions (siehe E-Book Hilfe).

E-Book-Reader: Bookeen, Kobo, Pocketbook, Sony, Tolino u.v.a.m. (nicht Kindle)

Das Dateiformat EPUB ist sehr gut für Romane und Sachbücher geeignet - also für "fließenden" Text ohne komplexes Layout. Bei E-Readern oder Smartphones passt sich der Zeilen- und Seitenumbruch automatisch den kleinen Displays an. Mit Wasserzeichen-DRM wird hier ein "weicher" Kopierschutz verwendet. Daher ist technisch zwar alles möglich - sogar eine unzulässige Weitergabe. Aber an sichtbaren und unsichtbaren Stellen wird der Käufer des E-Books als Wasserzeichen hinterlegt, sodass im Falle eines Missbrauchs die Spur zurückverfolgt werden kann.

Weitere Informationen finden Sie in unserer E-Book Hilfe.


Download (sofort verfügbar)

4,99 €
inkl. 19% MwSt.
Download / Einzel-Lizenz
ePUB mit Wasserzeichen-DRM
siehe Systemvoraussetzungen
E-Book bestellen

Unsere Web-Seiten verwenden Cookies. Mit der Nutzung dieser Web-Seiten erklären Sie sich damit einverstanden. Mehr Informationen finden Sie in unserem Datenschutzhinweis. Ok