VIA STEVENSONIA

Du Velay aux Cévennes
 
 
Books on Demand (Verlag)
  • 1. Auflage
  • |
  • erschienen am 31. Juli 2018
  • |
  • 188 Seiten
 
E-Book | ePUB mit Wasserzeichen-DRM | Systemvoraussetzungen
978-2-322-15051-9 (ISBN)
 
Automne 1878... En compagnie d'une ânesse, Robert Louis Stevenson voyage du Velay aux Cévennes, ouvrant la voie aux excursionnistes d'aujourd'hui.

Printemps 2011... L'extraordinaire aventure de Compostelle terminée, l'envie de marcher de nouveau ensemble lance Jean-Marc et José sur le chemin de Stevenson. Ils côtoient les flancs volcaniques des sucs vellaves, gravissent les versants dénudés du mont Lozère, traversent des chaos granitiques, sillonnent des drailles séculaires, franchissent les gardons des profondes gorges cévenoles. Partis à la recherche des traces de l'illustre écrivain écossais parmi des paysages grandioses, les deux amis découvrent les somptuosités d'une nature sauvage et l'authenticité des gens de rudes contrées.
1. Auflage
  • Französisch
  • 0,21 MB
978-2-322-15051-9 (9782322150519)
weitere Ausgaben werden ermittelt
José CASATEJADA est né en 1949 à Montbrison (Loire) et réside dans le Forez. Après des études techniques, il intègre le monde industriel, de la mécanique au nucléaire et de la tribologie à l'automobile. Partant du Puy-en-Velay, il marche sur le chemin de Compostelle, va au bout du bout de l'Europe. Cette expérience suscite l'écriture de son premier livre: "VIA COMPOSTELA". En outre, elle éveille en lui le besoin irrésistible de parcourir les chemins à la rencontre des autres et de partager ses émotions. "VIA STEVENSONIA", décrit son voyage dans les Cévennes avec son ami Jean-Marc.

Étape 1 : Le Puy-en-Velay - Le Monastier-sur-Gazeille

Temps ensoleillé et nuageux le 4.05.2011

(19 km - 20 à 15 °C)

Gîte d'étape communal

L'automobile a disparu. Courage ! Une côte coupe-jarrets se dresse déjà devant nous. Des murs et des feuillages en dissimulent le sommet. Les muscles tendus, le souffle court, le cour battant, nous grimpons une rampe raide et pierreuse, sans dire un mot. Des gouttes de sueur perlent sur nos fronts. Quelle que soit la direction choisie, sortir du Puy-en-Velay, à pied, représente une épreuve véritable sportive.

À mi-pente, la vue panoramique en direction de Notre-Dame-de-l'Annonciation expose la splendeur architecturale du site. La masse sombre de la cathédrale romane émerge des bâtisses blanches ou grises, agglutinées au pied du rocher Corneille. Le clocher étagé s'élève derrière la monumentale coupole qui coiffe la croisée du transept. Juchée au faîte du piton de basalte dominant le sanctuaire, la statue monumentale de Notre-Dame de France veille sur la cité. Une horrible peinture de couleur ocre-rouge-rouille recouvre l'ouvre de Jean-Marie Bonnassieux, moulée avec la fonte des canons de marine saisis à Sébastopol en 1855. Un sentier pentu nous conduit à une allée bitumée qui monte vers le hameau d'Ours. Jean-Marc semble essoufflé.

La pouzzolane brune crisse sous nos pas. Le vent d'ouest déplace de légers panaches de poussière qui, telles des fumerolles vaporeuses, se dissipent au-dessus des craquantes scories volcaniques. Entre murets secs et prunelliers épineux, nous longeons des parcelles céréalières, côtoyons des puys aux flancs érodés couverts de résineux. Çà et là, poussent les « pins de boulange », rabougris et tortueux. Pins sylvestres dont les formes singulières résultent de la taille intensive des branches basses. Naguère, elles étaient élaguées et brûlées en fagots dans les nombreux fours à pain de la région. Paysage typique de cette contrée ! Silencieux, nous marchons en respectant ces périodes de mutisme, propices à la réflexion, dans lequel nous nous retranchons. Le chemin de Coubon atteint, un tronçon en forte déclive s'amorce vers le bourg.

Nous faisons halte à l'orée d'un bois de chênes, au pied du mont Jonnet. Assis sur un banc, Jean-Marc extirpe des victuailles de son sac, moi du mien. Devant nous, la voie s'enfonce sous les frondaisons. Les tendres feuilles printanières tamisent la lumière du soleil de mai. Les genêts en fleur embaument l'air d'un capiteux parfum de miel. Sans discontinuer, les abeilles butinent les grappes d'or. Les va-et-vient incessants des insectes animent l'atmosphère d'imperceptibles mouvements que seuls leurs bourdonnements révèlent.

Le repas réparateur englouti, nous repartons et sortons de la chênaie. La forte déclivité de la route nous conduit à l'entrée de Coubon où nous traversons l'actuel pont sur la Loire, inauguré en 1984. La vague en furie de l'exceptionnelle crue du 21 septembre 1980, détruisit celui construit en 1928. Sur l'autre rive, se dresse l'église Saint-Georges dont la façade romane altière comporte quatre cloches. À l'ouest, l'étonnant château de Bouzols, juché à la cime d'un promontoire rocheux, domine le cours de la jeune Loire. L'ensemble se compose d'une forteresse médiévale devant laquelle ont été érigés des bâtiments d'habitation au XIIIe siècle, encore utilisés de nos jours. Le pont franchi, la terrasse du « Café de la Loire » nous accueille le temps d'une pause-café !

La route grimpe, longe le bois de Paron, dépasse la croix de Petalou, croise un ancien four à pain transformé en abri et file au hameau de l'Holme. Sur un poteau électrique, une balise blanche et rouge dirige nos pas. La piste gravillonneuse devient terreuse, bordée de graminées fragiles, de genêts, de marguerites épanouies et entourée de pâturages où paissent de grasses montbéliardes. Soudain, pointant du doigt un pré sur la droite, Jean-Marc lance à demi-voix :

- Regarde, là-bas, un renard !

- Il ne bouge pas, il nous observe.

Le canidé roux se tapit dans l'herbe, la tête tournée dans notre direction, les oreilles dressées. Son fin museau hume l'air. Deux à trois minutes s'écoulent. Il se retourne, détale et d'un bond, que sa longue queue touffue souligne, disparaît dans une haie.

Parmi cultures et prairies, de hameaux en hameaux, les balises du GR70 nous conduisent à un bois que le sentier, devenu herbeux et ombragé, traverse. Des fermes en basalte bleu, restaurées et fleuries à souhait, annoncent l'arrivée à l'Herm. Près de l'une d'elles, une source s'écoule dans le lavoir désaffecté, alimentant des abreuvoirs désertés. Jadis, ces endroits populaires jouaient un rôle social de premier ordre où se retrouvaient lavandières, bouviers, bergers et âniers.

Dans la ruelle centrale, devant la maison de la béate, une épaisse dalle permet d'accéder à la chaîne qui actionne la cloche fixée sur la façade. Ces habitations ou « assemblées », caractéristiques de la Haute-Loire, hébergeaient la béate de la localité. Détachées de l'institution des « Demoiselles de l'Instruction » fondée par Anne-Marie Martel en 1667, les béates effectuaient des tâches diverses. Elles apprenaient la lecture, l'écriture, le calcul et le catéchisme aux enfants, dispensaient des soins aux malades, initiaient les femmes à l'art de la dentellerie. En 1880, il leur fut interdit d'enseigner, mais nombreuses furent celles qui pratiquèrent encore longtemps l'instruction religieuse et l'apprentissage de la broderie et de la dentelle.

Le passage dallé de basalte gris et orné d'ombellifères blanches se déroule à l'ombre de jeunes hêtres. Jean-Marc s'arrête et s'assoit sur un large pavé. Inquiet, je m'enquiers :

- Tu parais fatigué, que se passe-t-il ?

- Sans doute le manque d'exercice ces derniers temps. Je trotte avec peine ce matin, une bonne nuit de sommeil et tout ira mieux, dit-il en esquissant un sourire.

- Repose-toi un moment, mange des pâtes de coing. Le sucre t'aidera à récupérer.

Il semble en bien meilleure forme lorsque nous atteignons Le Monastier-sur-Gazeille, terme de l'étape.

Recherchant le gîte communal, nous avançons dans un village aux rues éventrées qui ressemble à un immense chantier. Les travaux d'amélioration de la voirie en cours leur donnent des aspects surréalistes de désolation : aucun survivant en vue. De nombreux commerçants ont choisi de fermer boutique pendant cette période d'intense activité. Les affichettes collées sur les devantures ou les écriteaux suspendus aux portes d'entrée, l'annoncent sans ambiguïté : « Fermeture pour cause de travaux ». Pas un résident dans les parages afin de nous renseigner. Où se cachent les Monastérois ?

Cette vision désolée de la bourgade n'incite pas à la flânerie. Nous entrons dans les locaux de la gendarmerie située sur une place en retrait. Un brigadier nous informe et nous oriente vers le bâtiment adjacent où se dissimule notre nid douillet du soir, l'ancienne gendarmerie rénovée ! « C'est ouvert, installez-vous dans l'une des salles, annonce-t-il. »

Le planning, affiché au tableau du couloir, ne mentionne aucune réservation. Nous occuperons seuls le dortoir, sauf si d'autres randonneurs surviennent. Chacun déballe son matériel et vaque à ses occupations de marcheurs : lessive, douche, soins préventifs des pieds !

Jean-Marc étend son sac de couchage sur un lit, puis se tourne vers moi :

- Je pourrai me reposer cette nuit, il n'y aura pas de bruit.

- Sauf si je ronfle, répondis-je taquin ! Il sourit et poursuit :

- Nous n'avons rencontré ni touriste, ni ânier, ni âne aujourd'hui et aperçu peu d'habitants dans les agglomérations que nous avons traversées.

- Ce matin, nous sommes partis tard du Puy-en-Velay. Avancent-ils devant nous ou...

DNB DDC Sachgruppen
Warengruppensystematik 2.0

Dateiformat: EPUB
Kopierschutz: Wasserzeichen-DRM (Digital Rights Management)

Systemvoraussetzungen:

Computer (Windows; MacOS X; Linux): Verwenden Sie eine Lese-Software, die das Dateiformat EPUB verarbeiten kann: z.B. Adobe Digital Editions oder FBReader - beide kostenlos (siehe E-Book Hilfe).

Tablet/Smartphone (Android; iOS): Installieren Sie bereits vor dem Download die kostenlose App Adobe Digital Editions (siehe E-Book Hilfe).

E-Book-Reader: Bookeen, Kobo, Pocketbook, Sony, Tolino u.v.a.m. (nicht Kindle)

Das Dateiformat EPUB ist sehr gut für Romane und Sachbücher geeignet - also für "fließenden" Text ohne komplexes Layout. Bei E-Readern oder Smartphones passt sich der Zeilen- und Seitenumbruch automatisch den kleinen Displays an. Mit Wasserzeichen-DRM wird hier ein "weicher" Kopierschutz verwendet. Daher ist technisch zwar alles möglich - sogar eine unzulässige Weitergabe. Aber an sichtbaren und unsichtbaren Stellen wird der Käufer des E-Books als Wasserzeichen hinterlegt, sodass im Falle eines Missbrauchs die Spur zurückverfolgt werden kann.

Weitere Informationen finden Sie in unserer E-Book Hilfe.


Download (sofort verfügbar)

4,49 €
inkl. 7% MwSt.
Download / Einzel-Lizenz
ePUB mit Wasserzeichen-DRM
siehe Systemvoraussetzungen
E-Book bestellen