Jésus ! Qui est comme Toi ?

Le livre de Michel Version brève-Couverture dure
 
 
Books on Demand (Verlag)
  • 1. Auflage
  • |
  • erschienen am 14. April 2020
  • |
  • 358 Seiten
 
E-Book | ePUB mit Wasserzeichen-DRM | Systemvoraussetzungen
978-2-322-21375-7 (ISBN)
 
Dans le présent ouvrage, l'auteur s'essaie à peindre un portrait vraisemblable de Jésus "Fils de l'homme", comme des évènements le touchant de près, notamment durant les derniers instants de sa vie.
Il cherche éperdument à le montrer aux assoiffés de vérité, de liberté et de justice.
Prenons et lisons ces pages à l'accent d'authenticité pour un moment de bonheur.
Laissons-nous surprendre, la Beauté nous attend.
Une rencontre vraie rend nécessairement et inévitablement heureux.
Bientôt notre coeur empli de joie s'étonnera d'être.


Site internet de l'auteur : Moi je / Rugissement.online / Occitanie
1. Auflage
  • Französisch
  • 0,69 MB
978-2-322-21375-7 (9782322213757)
weitere Ausgaben werden ermittelt
Michel BOUZAT est né le 21 avril 1956 à VILLEFRANCHE DE PANAT dans le beau département de l'Aveyron.
En 1974, il passe avec succès son baccalauréat.
Après, il suit un cursus de Philosophie,
d'abord au Séminaire Régional de TOULOUSE-RANGUEIL,
ensuite à l'Université de TOULOUSE LE MIRAIL.

LIVRE PREMIER


GETHSÉMANI


LIVRE PREMIER DE LA TRILOGIE


Jésus !

Qui est comme Toi ?

Le livre de Michel

DU MÊME AUTEUR

LIVRE SECOND

« LE PROCÈS DE L'HISTOIRE »

(Auto-édition)

(LIVRE SECOND

DE LA TRILOGIE

« Jésus !

Qui est comme Toi ?

Le livre de Michel »

Auto-édition)

LIVRE TROISIÈME

« LA MORT DE JÉSUS »

(Auto-édition)

(LIVRE TROISIÈME

DE LA TRILOGIE

« Jésus !

Qui est comme Toi ?

Le livre de Michel »

Auto-édition)

Image de couverture LIVRE PREMIER

Le Christ au jardin des Oliviers

Moreau Gustave (1826-1898)

Paris, Musée Gustave Moreau

© RMN-Grand Palais/René-Gabriel Ojéda

Michel BOUZAT


LIVRE PREMIER
GETHSÉMANI


Auto-édition

« Qu'il me soit fait selon ta parole »

(Lc 1,38)

I


Jésus se rend


à Gethsémani


1


Départ


Une lumière douce fait étinceler les boiseries nues de la vaste pièce grave et majestueuse.

Le bahut en chêne emplit l'odeur du temps.

Une longue desserte forme l'espace désert.

Des couverts luisent vaguement sur la table encore dressée de nappe et presque desservie.

Jésus a lavé les pieds des disciples.

Du pain et du vin il a fait don de son corps et de son sang pour la multitude (pour tous).

Judas a quitté l'immense Cène pour la nuit.

Arrive la mélancolie du soir.

Profonde.

Celle de la fin et du départ définitif.

(.)

La scène déplace l'action de la salle du dîner au mont de l'Oliveraie.

Il est séparé de la cité fortifiée par la vallée du Cédron.

Le mont jouit d'une haute portée symbolique et spirituelle.

Dans une vision, le prophète Zacharie y décrit l'impressionnante scène du Jugement final.

Nuitamment, Jésus y loge régulièrement, et s'y rend pour prier sur ces hauteurs seul ou en compagnie des disciples (Lc 6,12 ; 9, 28).

Il s'y assoit pour prononcer avec autorité son discours incisif et pathétique sur le sort de Jérusalem et le drame planétaire de la fin des temps (Mt 13,1-37).

Depuis son faîte, il s'élève dans l'au-delà plein de grâce et simplicité promettant de revenir de la même façon.

Au dire de Joël, les morts y ressusciteront au Jugement dernier (Jl 4,2).

Au visage grave et énergique, Jésus chemine d'un pas lent avec ses disciples.

À leur endroit, il adresse respectivement deux mystérieux avertissements.

Le premier vise leur communauté.

La nuit montée le Seigneur frappera à mort le berger (Mc 14,27 ; Mt 26, 31).

La vision sort du Livre de Zacharie1 (Za 13,7).

Au coup de l'arrestation de Jésus les disciples se disperseront à cause de Jésus motif de leur chute (Mc 14,50 ; Jn 16,1-3).

Voire pécher, se manquer à eux-mêmes, aux hommes et à Dieu.

S'éloignant ils vont se séparer d'eux-mêmes et de la fratrie ; privés des soins du pasteur ils ne formeront plus le troupeau pacagé, tranquille broutant de gras pâturages au grand air libre.

Pierre affirme de nouveau avec plus d'énergie et au-delà de toute mesure sa folle prétention à souffrir et à mourir avec et pour Jésus : Même si je dois mourir avec toi, non, je ne te renierai pas ! (Mc 14,29-31).

Il se sépare et s'égare par faiblesse humaine presque irrémédiable.

Le deuxième avis sérieux donné par Jésus le concerne personnellement.

Il le réprimande vertement et met en garde : Aujourd'hui cette nuit même (au couchant selon une coutume juive le jour commence au coucher du soleil), avant l'aurore prochaine, avant que le coq ne chante deux fois (d'après les manuscrits gréco-romains l'aurore et le lever du soleil s'associent au deuxième chant du coq2) tu m'auras renié trois fois en te désavouant fortement (Mc 14,30).

Tous également déclarent ne pas se rétracter (Mc 14,31).

Progressant avec ses disciples le dos au vent, Jésus échange un mot énigmatique, fulminant comme l'éclair : Après m'être réveillé, j'irai devant vous en Galilée (Mc 14,28).

Le Ressuscité nous précède toujours.

Il revendique priorité et primauté pour nous montrer le chemin.

Tel le pâtre menant les troupeaux à travers le soir, il fait rentrer les moutons au bercail.

Il fait revenir les exilés et expatriés en Galilée, sol natal du primitif appel, des premiers pas et du rassemblement, et de l'originelle parole créatrice.

Il restaure de nouveau et encore plus fort la Communauté (l'Humanité) encore et toujours dispersée et désemparée : Me voici, je cherche la brebis perdue, égarée. Je bande la mutilée et fortifie la malade (Ez 34,11-16 ; Lc 15,4-7).

2


Arrivée


Après une longue marche pénible, Jésus et ses disciples arrivent enfin au haut de l'Oliveraie.

Ils entrent dans un domaine (un jardin, un verger ?) nommé Gethsémani pressoir à huile (Jn 18,1b-2).

De sa hauteur l'on y découvre sise à l'écart la Cité antique fortifiée et inaccessible.

Une force mystérieuse délicatement s'exhale de l'endroit pittoresque au sol étagé, irrégulier peuplé d'oliviers aux troncs noueux, massifs tordus, aux rigoles, rocailles et sentes étroites, moitié escalier moitié sentier de chèvres.

Un vieux mur de pierres de clôture s'écroule par endroits sillonné de lézardes de part et d'autre troué de rejetons.

Un logis humble comme modeste cependant bien tenu enferme vers le milieu un pressoir à olives ; ouvert, il jette des senteurs parfumées et apaisantes.

Une douceur sauvage se répand partout dans l'innocence de la sombre solitude.

Ce coin de terre élevé, retiré et solitaire, asile sacré, offre une retraite tranquille, paisible, sûre, inviolable et secrète, néanmoins bien connue du traître Judas.

À la fin du jour, après avoir enseigné au Temple de Jérusalem et achevé ses ouvrages (Jn 18,1), Jésus s'y rend habituellement avec ses disciples pour se reposer, y dormir (Lc 21,37 ; 39) et prier (Mc 14,32 ; Mt 26,36 ; Lc 22,41).

Celui qui s'arrête en ce lieu se trouve devant un sommet dramatique du mystère de notre Rédempteur :

ici Jésus a fait l'expérience de la solitude ultime,

et de toute la tribulation de l'être homme.

Ici, l'abîme du péché et du mal dans tous ses aspects a pénétré dans les profondeurs de son âme.

Ici, il a été frappé par le bouleversement de la mort imminente.

Ici, le traître l'a embrassé.

Ici, tous les disciples l'ont abandonné.

Ici, il a combattu aussi pour moi3.

À la nuit tombée, la bise légère souffle âpre et se lamente au seuil du lieu sauvage et désert baigné de mystère pour l'âme.

Jésus demande oralement à ses disciples de s'asseoir ici, en cet endroit, là où ils sont aux abords de l'olivaie, pendant qu'il s'éloigne à quelques pas de là pour prier - là-bas - ((Mc 14,32 ; Mt 26,36).

Tout en s'écartant il prend, il arrache et il sépare du groupe Pierre, Jacques et Jean (Mc 14,33), les trois témoins de son autorité et splendeur ayant pu observer Dieu l'appeler sur le mont de la Transfiguration : Mon fils et bien-aimé (Mc 9,2-7).

Sur l'heure, il tire ces trois-là pour le suivre et l'accompagner jusque dans son agonie, leur découvrir une part intime et secrète de son âme,...

Dateiformat: ePUB
Kopierschutz: Wasserzeichen-DRM (Digital Rights Management)

Systemvoraussetzungen:

Computer (Windows; MacOS X; Linux): Verwenden Sie eine Lese-Software, die das Dateiformat EPUB verarbeiten kann: z.B. Adobe Digital Editions oder FBReader - beide kostenlos (siehe E-Book Hilfe).

Tablet/Smartphone (Android; iOS): Installieren Sie bereits vor dem Download die kostenlose App Adobe Digital Editions (siehe E-Book Hilfe).

E-Book-Reader: Bookeen, Kobo, Pocketbook, Sony, Tolino u.v.a.m. (nicht Kindle)

Das Dateiformat ePUB ist sehr gut für Romane und Sachbücher geeignet - also für "fließenden" Text ohne komplexes Layout. Bei E-Readern oder Smartphones passt sich der Zeilen- und Seitenumbruch automatisch den kleinen Displays an. Mit Wasserzeichen-DRM wird hier ein "weicher" Kopierschutz verwendet. Daher ist technisch zwar alles möglich - sogar eine unzulässige Weitergabe. Aber an sichtbaren und unsichtbaren Stellen wird der Käufer des E-Books als Wasserzeichen hinterlegt, sodass im Falle eines Missbrauchs die Spur zurückverfolgt werden kann.

Weitere Informationen finden Sie in unserer E-Book Hilfe.


Download (sofort verfügbar)

9,49 €
inkl. 5% MwSt.
Download / Einzel-Lizenz
ePUB mit Wasserzeichen-DRM
siehe Systemvoraussetzungen
E-Book bestellen